La fièvre

La fièvre

Les symptômes

Votre enfant :

  • a une température rectale supérieure à 38 °C (100,4 °F);
  • est d’humeur maussade;
  • manque d’entrain au jeu;
  • n’a pas d’appétit;
  • est somnolent.

Consultez le médecin si votre enfant :

  • a moins de 3 mois et a une température rectale de 38 °C (100,4 °F) et plus;
  • a de 3 à 6 mois et a une température qui atteint 39 °C (102,2 °F), ou fait de la fièvre depuis plus de 48 heures;
  • devient irritable, est somnolent, gémit, a de la difficulté à respirer, tousse, vomit, développe des rougeurs sur la peau, localise une douleur à un endroit précis ou si la fièvre persiste pendant plus de 3 jours;
  • fait de la fièvre, mais sans symptômes de maladie apparents (par exemple, votre enfant n’a pas le nez qui coule, ne tousse pas, n’a pas mal aux oreilles, ne vomit pas ou n’a pas de diarrhée).

Demandez une aide médicale d’urgence (9-1-1) si votre enfant :

  • a une fièvre qui atteint 41 °C (106 °F);
  • présente une somnolence et une irritabilité persistantes, des éruptions cutanées bleutées, qui ressemblent à des ecchymoses;
  • fait une crise de convulsions : il perd connaissance pendant un court moment; il bouge les membres de façon saccadée et a les yeux révulsés;
  • souffre de difficultés respiratoires.


Qu’est-ce que la fièvre?

La fièvre n’est pas une maladie, mais plutôt le signe d’une maladie. La plupart du temps, la fièvre indique que l’organisme de votre enfant se bat contre une infection virale ou bactérienne. La température interne de son corps augmente volontairement dans le but de combattre le virus ou la bactérie. En plus, l’élévation de la température activerait le système immunitaire de votre enfant. La fièvre est donc un allié naturel qui témoigne de l’efficacité des mécanismes de défense du corps, plutôt qu’un ennemi à combattre.

Le degré de fièvre n’est pas lié à la gravité de la maladie. Ainsi, une forte fièvre peut accompagner un rhume banal, alors que la fièvre d’un enfant souffrant d’une méningite pourra être beaucoup moins élevée. C’est l’état général d’un enfant fiévreux qui importe le plus. Un enfant ayant une fièvre légère, mais présentant des signes de somnolence ou d’irritabilité, est plus inquiétant qu’un enfant présentant une forte fièvre, mais qui conserve un bon état général.

La température corporelle normale
Le corps humain est doté d’un thermostat biologique (situé dans le cerveau) qui maintient sa température entre 36,6 °C (97,9 °F) et 38 °C (100,4 °F). La température du corps varie à l’intérieur de ces limites. Celle des enfants est légèrement plus élevée que celle des adultes.
En général, la température corporelle est moins élevée le matin et elle atteint un pic vers la fin de l’après-midi. Elle est plus élevée après un bain chaud, un repas ou un effort physique intense. Pour cette raison, ne vous fiez pas à votre impression au toucher pour déterminer si votre enfant fait de la fièvre, car son front peut être chaud sans que sa température interne soit élevée (par exemple, s’il vient de jouer).

Comment traiter?

La prescription du médecin

Comme la fièvre n’est pas une maladie, elle ne se traite pas. Cependant, elle peut être contrôlée. Il n’est généralement pas nécessaire de la faire tomber, car elle n’est pas nocive. Un seul principe doit vous guider : c’est de faire en sorte que votre enfant se sente mieux. S’il y a lieu, consultez le médecin pour connaître la cause de la fièvre et la façon de réagir la plus appropriée (voir ci-dessus Les symptômes).

Poussée dentaire et vaccination
Selon la Société canadienne de pédiatrie, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, la poussée des dents ne rend pas l’enfant malade et ne lui donne pas de fièvre, ou très rarement. Donc, si votre bébé de moins de 6 mois fait de la fièvre, consultez un médecin.
Certains vaccins peuvent causer de la fièvre et des convulsions fébriles. Ainsi, l’administration du vaccin contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche (DTC) peut provoquer une telle réaction le jour même; celle du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (RRO), dans les 8 à 14 jours suivants. Ne vous inquiétez pas! Il s’agit d’une réaction normale de l’organisme. Il convient d’agir de la façon dont vous agiriez dans d’autres cas.

Soins et conseils pratiques

Il est important de savoir prendre correctement la température d’un enfant. Lorsque vous le faites, notez l’information afin de pouvoir vous y référer par la suite. Cela pourrait aider le médecin à établir un diagnostic.

Comment prendre la température d’un enfant?

Pour obtenir plus de précision et une plus grande fiabilité, il est recommandé de prendre la température d’un enfant par voie rectale (rectum), par voie buccale (bouche) ou par voie axillaire (aisselle). La prise de température par voie tympanique (oreille) n’est toutefois pas conseillée, car le résultat est peu fiable.

La méthode à privilégier dépend de l’âge de l’enfant et du degré de précision requis. La température rectale demeure la plus précise. C’est d’ailleurs la mesure de référence en médecine.

De la naissance à 5 ans
Plus de 5 ans      
1er choix : rectum
2e choix : aisselle
1er choix : bouche
2e choix : rectum
3e choix : aisselle










La température de votre enfant peut varier selon la méthode utilisée. Par voie rectale, la température est généralement plus élevée que par la voie buccale. De même, la température prise par la bouche sera supérieure à celle prise sous l’aisselle. Votre enfant fait de la fièvre si sa température est au-dessus de :

  • 37,8 °C (100 °F) par voie buccale;
  • 38,3 °C (100,9 °F) par voie rectale;
  • 37,3 °C (99,1 °F) par voie axillaire (aisselle).

Pour prendre la température de votre enfant, utilisez un thermomètre numérique, car, en plus d’être sécuritaire, il permet de prendre la température autant par voie rectale, buccale qu’axillaire. Pour des raisons hygiéniques, réservez un thermomètre à l’usage rectal. N’utilisez pas de thermomètre à mercure en raison du risque de toxicité s’il brise.

 

Comment s’y prendre?
Rectum
1. Nettoyez le thermomètre avec de l’eau fraîche et savonneuse, puis rincez-le bien.
2. Lubrifiez le bout argenté du thermomètre (avec de la gelée ou de la vaseline, par exemple).
3. Installez votre enfant sur le dos en repliant ses genoux vers son ventre et en les écartant légèrement.
4. Insérez doucement le thermomètre dans le rectum sur une distance d’environ 2,5 cm (1 po) et maintenez-le entre vos doigts. Si votre enfant ne collabore pas ou s’il se crispe, demandez-lui de pousser comme pour aller à la selle. Ceci aura l’effet de détendre son périnée et de faciliter l’insertion du thermomètre 
5. Au signal sonore, retirez le thermomètre et lisez la température.
6. Nettoyez le thermomètre de nouveau.
Bouche
1. Attendez de 20 à 30 minutes après un repas.
2. Nettoyez le thermomètre avec de l’eau fraîche et savonneuse, puis rincez-le bien.
3. Placez le thermomètre sous la langue de votre enfant.
4. Assurez-vous que sa bouche est bien fermée et maintenez le thermomètre en place.
5. Au signal sonore, retirez le thermomètre et lisez la température.
6. Nettoyez le thermomètre de nouveau.
Aisselle
1. Nettoyez le thermomètre avec de l’eau fraîche et savonneuse, puis rincez-le bien.
2. Placez le thermomètre au centre de l’aisselle de votre enfant et collez bien son bras par-dessus jusqu’au signal sonore.
3. Au signal sonore, retirez le thermomètre et lisez la température.
4. Nettoyez le thermomètre de nouveau.

 

Évitez de prendre régulièrement la température de votre enfant pour savoir comment il va. Fiez-vous plutôt à son état général. Des signes facilement perceptibles vous indiqueront qu’il ne se sent pas bien. S’il a moins d’entrain, s’il devient plus maussade ou si ses yeux deviennent plus vitreux, la mesure de la température pourra confirmer la présence d’une infection. Par contre, chez les nourrissons de moins de 6 mois, il est suggéré de vérifier la température corporelle dès que votre enfant a l’air malade.

Comment faire tomber la fièvre?

Avec ou sans médicament?

Si votre enfant est capable de tolérer la fièvre, il n’est pas toujours nécessaire de la faire baisser immédiatement. Le plus grand inconvénient de la fièvre est l’inconfort qu’elle génère. Cet inconfort peut se traduire par de la douleur et de l’irritabilité. Cependant, si votre enfant se sent mal ou s’il a des douleurs, vous pouvez avoir recours aux médicaments contre la fièvre.

Les pédiatres recommandent habituellement l’acétaminophène (Tylenol®, Tempra®, Atasol®, Panadol®, Abenol®). Si votre enfant a plus de 6 mois, vous pouvez lui donner de l’ibuprofène (Advil®, Motrin®). Ces 2 types de médicaments ont une efficacité comparable. Ils sont offerts sous forme liquide, en comprimés croquables ou en suppositoires.

Ne donnez pas d’ibuprofène à un petit de moins de 6 mois, et ne donnez jamais d’acide acétylsalicylique (Aspirine®, AAS, etc.) à un enfant ni à un adolescent.

En plus d’abaisser la température et d’être un antidouleur comme l’acétaminophène, l’ibuprofène a des propriétés anti-inflammatoires. Il peut donc être utile lorsque l’inflammation cause des symptômes importants (dans le cas d’une otite ou d’une amygdalite, par exemple).

L’ibuprofène est cependant un peu plus irritant pour l’estomac. C’est pourquoi il est rarement recommandé de l’utiliser en premier lieu. Il n’y a aucun avantage à utiliser ces 2 médicaments de façon alternée, sauf sur avis médical. Ne donnez jamais d’acétaminophène et d’ibuprofène en même temps afin d’éviter les risques de toxicité additionnée.

Malgré les indications d’âge sur les emballages, calculez la quantité de médicaments à administrer en fonction du poids de votre enfant.

  • Acétaminophène : la dose est de 15 mg par kilogramme, à donner toutes les 4 à 6 heures, sans dépasser 5 doses par 24 heures. Un enfant de 10 kg peut donc recevoir une dose de 150 mg à la fois.
  • Ibuprofène : la dose est de 10 mg par kilogramme, à donner toutes les 6 à 8 heures, sans dépasser 4 doses par 24 heures.

N’excédez jamais la dose recommandée. Consultez un médecin si votre enfant prend de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène depuis 3 jours et que la fièvre persiste.

Voici quelques mesures simples qui soulagent un enfant fiévreux :

  • Offrez à votre enfant un environnement calme et propice au repos, car toute agitation peut faire augmenter sa température. Ne l’envoyez à la garderie ou à l’école que 24 heures au moins après la chute de la fièvre.
  • Faites-lui porter des vêtements légers et bien secs. Cela permet d’évacuer naturellement la chaleur par la peau et la transpiration. S’il frissonne, couvrez-le légèrement jusqu’à ce que les frissons s’arrêtent.
  • Donnez-lui souvent à boire afin d’éviter qu’il ne se déshydrate, par exemple de l’eau, de la soupe, une préparation à base de gélatine, etc. Évitez de lui donner des boissons comme le cola, le thé, les boissons pour sportifs et les jus de fruits. Ne donnez pas de liquide froid à un enfant de moins de 10 mois.
  • Maintenez la température de la pièce entre 21 °C et 23 °C (entre 70 °F et 73,5 °F).
  • Épongez votre enfant avec de l’eau tiède si vous croyez que cela l’aidera à se sentir mieux. Assurez-vous toutefois de lui avoir donné auparavant un médicament qui fait tomber la fièvre. Évitez les frictions à l’alcool, les bains d’eau froide ou de glace et l’utilisation d’un ventilateur, car ces mesures pourraient accentuer l’inconfort de votre enfant en le faisant frissonner.
  • Ne le forcez pas à manger s’il refuse la nourriture ou s’il mange moins que d’habitude.
Dans le cas d’une infection bactérienne
Si votre enfant souffre d’une infection bactérienne (ex. : otite, pneumonie, pharyngite, infection urinaire), la prise d’antibiotiques aidera grandement à la guérison de la maladie. Il est toutefois possible que la fièvre persiste de 2 à 3 jours.
Si votre enfant fait toujours de la fièvre 3 jours après le début du traitement antibiotique, consultez un médecin à nouveau. Il s’assurera qu’il n’y a pas de complications et que l’infection ne résiste pas à l’antibiotique prescrit.

Les convulsions fébriles

Les convulsions fébriles sont un phénomène fréquent et rarement dangereux. Elles touchent environ 1 enfant sur 20 et surviennent généralement entre l’âge de 5 mois et 5 ans.

Le phénomène est impressionnant et rappelle une crise d’épilepsie. Mais là s’arrêtent les ressemblances : la convulsion fébrile typique liée à la fièvre est, en général, de courte durée (moins de 5 minutes), mais peut durer jusqu’à 15 minutes. Consultez un médecin si c’est la première fois que votre enfant fait une crise.

La convulsion fébrile est souvent due à une montée brusque de la température corporelle, causée par une infection virale relativement banale. Pour cette raison, un enfant qui fait déjà 40 °C (104 °F) souffrira rarement d’une convulsion fébrile. Il en est de même pour un enfant qui fait de la fièvre depuis plusieurs jours.

Pour en savoir plus sur la convulsion fébrile, consultez notre fiche à ce sujet.

Comment prévenir?

La fièvre est un moyen de défense contre les infections. Par conséquent, la meilleure stratégie préventive consiste à prendre des mesures d’hygiène qui minimisent les risques d’infection.

  • Lavez-vous correctement et fréquemment les mains. Assurez-vous que vos enfants font de même.
  • Limitez les contacts avec les enfants ou les adultes qui présentent les symptômes d’une maladie contagieuse.
  • Faites vacciner votre enfant contre les maladies infectieuses principales.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Jean Turgeon, pédiatre, CHU Sainte-Justine
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2014

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • KIDSHEALTH. Parents. General Health. Your Kid’s Body. « Fever and Taking Your Child’s Temperature ». http://kidshealth.org
  • LABBÉ, Jean (Dr). Bulletins pédiatriques. Votre enfant de la naissance à 5 ans. Faculté de médecine, Université Laval, Québec, 2006.
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Soins de nos enfants. « La fièvre et la prise de la température ». www.soinsdenosenfants.cps.ca

 

À lire aussi