Le muguet

Le muguet

Les symptômes

Votre nourrisson :

  • a des taches blanchâtres, semblables à du lait caillé, dans la bouche, sur la langue, à l’intérieur des joues, parfois même sur le palais et sur les gencives;
  • est parfois maussade;
  • éprouve de la difficulté à téter ou à manger.

Consultez le médecin si votre enfant :

  • a plus de 9 mois;
  • refuse de s’alimenter;
  • souffre d’infections au muguet régulièrement;
  • a une infection qui dure depuis plus de 2 semaines;
  • est nourri au sein et si vous craignez que vos mamelons soient infectés (ils sont alors rouges et sensibles, et la peau des aréoles présente des parties brillantes et floconneuses).


Qu’est-ce que le muguet?

Le muguet est une infection des muqueuses de la bouche causée par un champignon microscopique (ou levure), Candida albicans. Il est fréquent chez les nourrissons, car la maturation de leur système immunitaire n’est pas complètement achevée. Les taches blanchâtres sur les muqueuses de la joue, sur le palais ou sur la langue peuvent ressembler fortement à du lait caillé. Pour vous assurer qu’il s’agit vraiment de muguet, vous pouvez prendre un coton-tige et frotter les zones blanchâtres. S’il s’agit de muguet, les taches sont rebelles et ne se délogeront pas facilement.

Il est bon de savoir que les antibiotiques et d’autres médicaments peuvent provoquer l’apparition de muguet. Heureusement, cette infection cause rarement des complications chez le nourrisson.

Chez l’enfant qui porte encore des couches, le muguet s’accompagne parfois d’un érythème fessier, causé par le même champignon qui se multiplie en milieu humide.

Âge : Le muguet apparaît habituellement durant les 6 premiers mois de la vie.
Durée de la maladie : Elle dure 1 ou 2 semaines, parfois davantage.
Contagion : Il est fréquent que l’infection du nourrisson soit transmise aux mamelons de la mère qui allaite (Comment traiter? et Comment prévenir?). Les enfants dont le système immunitaire est affaibli ou compromis par une maladie ou par un traitement immunodépresseur sont particulièrement vulnérables aux infections à Candida albicans.

Comment traiter?

La prescription du médecin

Le violet de gentiane
Le violet de gentiane est un antifongique qui peut être efficace contre le muguet. Certains médecins hésitent toutefois à le recommander parce qu’il peut être toxique et parce qu’il tache. Consultez donc votre médecin ou un pharmacien avant de l’utiliser.

Les infections légères peuvent guérir sans traitement médicamenteux, en 1 ou 2 semaines. Si le muguet persiste, le médecin prescrira peut-être un fongicide léger, comme la nystatine en suspension. Vous en enduirez la bouche de votre enfant 4 fois par jour, durant 1 ou 2 semaines.

Il arrive assez souvent que l’utilisation d’un fongicide en suspension ne fasse pas disparaître le muguet. Certaines souches de Candida sont en effet résistantes à ce fongicide. Le médecin pourra alors prescrire un fongicide en pommade, à appliquer à l’intérieur de la bouche de votre enfant. Si vous allaitez, il est possible que le médecin vous prescrive également un onguent fongicide pour guérir vos mamelons infectés ou pour prévenir leur contamination. Il est aussi possible de se procurer un antifongique en vente libre (Monistat® ou Canesten®) pour appliquer sur vos mamelons. Renseignez-vous alors auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Soins et conseils pratiques

  • Lavez dans l’eau bouillante, après chaque usage, les tétines des biberons, les suces, les anneaux de dentition et les autres objets que votre enfant porte à sa bouche. Ensuite, rincez-les dans un mélange contenant 50 % d’eau et 50 % de vinaigre blanc.
  • Si vous allaitez, lavez-vous bien les mamelons après chaque tétée. Prenez soin de bien les sécher et recouvrez-les de compresses stériles sèches. Changez-les toutefois après chaque tétée.
  • Lavez vos mains régulièrement

Comment prévenir?

Certains médecins recommandent de donner aux enfants sous antibiotique des probiotiques. Cela pourrait aider à prévenir les infections à champignons, comme le muguet. Les souches à privilégier sont Lactobacillus rhamnosus GG et Saccharomyces boulardii.

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Dr Jean Turgeon, pédiatre
      Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : Février 2015

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

À lire aussi