Grossesse: êtes-vous victime de violence conjugale?

Grossesse: êtes-vous victime de violence conjugale?

Si vous êtes victime de violence conjugale, il est important de briser le silence.

Si vous êtes victime de violence conjugale, il est important de briser le silence. Souvent, la violence empire au fil du temps et ne s’arrête pas lorsque le bébé vient au monde.

Est-ce que votre conjoint...

  • crie après vous ou vous traite de tous les noms?
  • brise vos choses?
  • menace de vous faire mal?
  • a toujours besoin de tout contrôler? Il contrôle l’argent?
  • vous empêche de voir vos amis, votre famille, votre médecin ou votre sage-femme?
  • menace de partir avec les enfants?
  • vous frappe ou vous donne des coups?
  • vous force à avoir des relations sexuelles?

Si vous avez répondu OUI à l’une des questions ci-dessus, il s’agit de violence.

La violence durant la grossesse peut faire en sorte que vous…

  • vous sentiez inquiète, triste et seule.
  • vous vous sentiez mal dans votre peau.
  • ayez des douleurs et des blessures.
  • ne mangiez ou ne dormiez pas bien.

La violence peut faire en sorte que votre bébé…

  • naisse trop petit ou trop tôt.
  • ait des blessures ou meure.
  • ait des problèmes de santé plus tard.

Ce que vous pouvez faire...

  • Parler de ce que vous vivez à une personne en qui vous avez confiance.
  • Trouver des personnes qui peuvent vous aider.
  • Aller chercher de l’aide et partir prudemment.

Où vous pouvez trouver de l’aide…

  • Si vous sentez que votre vie ou celle de votre enfant est menacée, appelez la police, au 911.
  • SOS Violence conjugale : ligne téléphonique bilingue, accessible en tout temps, 7 jours par semaine : 514 873-9010 ou 1 800 363-9010.
  • Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de votre secteur. Les professionnels de la santé qui y travaillent pourront vous aider ou vous diriger vers les bonnes ressources.



Naitre et grandir.com

Source : Un départ en santé pour mon bébé et moi, 2011
Adapté avec la permission du centre des ressources Meilleur départ

À lire aussi