Le don de sang de cordon ombilical

Le don de sang de cordon ombilical



Qu’est-ce que le don de sang de cordon ombilical?

Lorsque le cordon ombilical est coupé à l’accouchement, il contient un sang particulièrement riche en cellules souches. C’est ce que l’on appelle le sang de cordon ombilical.

Si les parents ont donné leur accord, ce sang est recueilli à l’aide d’une procédure simple. Les cellules ainsi obtenues peuvent ensuite servir à traiter plusieurs maladies graves. C’est Héma-Québec qui gère la seule banque publique de sang de cordon au Québec.

Le prélèvement de sang de cordon ombilical est sans risque pour la mère et le nouveau-né. S’il n’était pas prélevé, le sang de cordon serait jeté avec les déchets biologiques, tout comme le placenta.

À quoi servent les cellules souches du sang de cordon?

Les cellules souches sont les cellules « mères » à partir desquelles tous les éléments du sang se forment : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. Au moment d’un don de sang de cordon, seuls les globules blancs sont conservés, car c’est parmi eux que se trouvent les cellules souches, les seules cellules capables de reconstituer la totalité du système immunitaire.

Les cellules souches sont normalement produites par la moelle osseuse. Certaines maladies (ex. : une leucémie ou un défaut génétique) ou certains traitements médicaux peuvent avoir comme effet secondaire de détruire la moelle osseuse ou de nuire à son bon fonctionnement. La production des cellules sanguines est alors compromise, ce qui peut mettre la vie de la personne malade en danger. Les médecins doivent alors remplacer la moelle grâce à une greffe de cellules souches.

Il est possible d’avoir recours à des greffes de moelle osseuse, car elle est, elle aussi, riche en cellules souches. Cependant, pour recevoir une greffe de moelle osseuse, il faut trouver un donneur compatible, généralement un donneur apparenté. Malheureusement, il y a seulement 25 % de chance de trouver un donneur compatible dans la famille de la personne malade. De plus, les familles étant de moins en moins nombreuses au Québec, cela diminue encore plus les probabilités de trouver un donneur apparenté.

Il existe aussi un registre international de donneurs non apparentés de cellules souches. La probabilité de trouver un donneur compatible en moins de 6 mois varie entre 10 et 60 %. Dans certaines conditions médicales, le sang de cordon constitue donc une solution de rechange intéressante pour obtenir des cellules souches compatibles.

Les avantages du sang de cordon

Les cellules souches contenues dans le sang de cordon ont une grande plasticité et s’adaptent plus facilement au receveur que celles provenant de la moelle osseuse. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir une compatibilité aussi stricte pour réaliser la greffe. En effet, pour évaluer la compatibilité d’un donneur de moelle osseuse, il faut comparer 10 gènes spécifiques alors que la compatibilité du sang de cordon est comparée à seulement 6 gènes spécifiques. Il est donc beaucoup plus fréquent de trouver un donneur compatible à partir d’une banque de sang de cordon.

Pour faciliter la recherche de donneurs compatibles, la banque de sang de cordon doit être constituée d’échantillons issus d’une grande diversité ethnique. C’est pourquoi les dons provenant de toutes les communautés culturelles sont les bienvenus. De plus, le sang de cordon de bébés nés de deux parents d’origine différente (ex. : un père africain et une mère asiatique ou une mère autochtone et un père caucasien) est particulièrement recherché.

Cependant, peu de cellules souches peuvent être recueillies dans le sang de cordon. Cette option de traitement s’adresse donc à des personnes pesant moins de 50 kg (110 lb), c’est-à-dire surtout des enfants. Des recherches en cours montrent toutefois qu’il est possible de faire des greffes chez des adultes en injectant simultanément 2 unités de sang de cordon.

Beaucoup de progrès ont été réalisés depuis la première greffe de sang de cordon en 1988. À l’Hôpital Sainte-Justine, on a recours à cette forme de thérapie environ 30 fois par an, avec d’excellents résultats. Le sang de cordon est principalement utilisé pour les cas de leucémies, de certains déficits immunitaires et de certaines formes d’anémie. De plus, avec les années, on trouve de nouvelles applications au sang de cordon dans le traitement des maladies.

Comment faire un don?

Dans la province, 8 hôpitaux offrent la possibilité aux futures mères de s’inscrire à la banque publique de sang de cordon : le Centre hospitalier St. Mary, le CHU mère-enfant Sainte-Justine, l’Hôpital Royal Victoria, le Centre mère-enfant du CHUQ, l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé, le Centre hospitalier de LaSalle, l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal et l’Hôpital général du Lakeshore.

Pour faire un don de sang de cordon, les mères intéressées doivent répondre à certains critères. Elles doivent être en santé et âgées de plus de 18 ans. Elles ne doivent également pas être enceintes de jumeaux. L’inscription à la banque d’Héma-Québec doit se faire avant la 36e semaine de grossesse.

Une infirmière d’Héma-Québec communique avec les mères inscrites pour remplir un formulaire de qualification à partir de la 25e semaine de grossesse.

Comment est recueilli le sang de cordon?

Le don de sang de cordon est une procédure simple. À la naissance, lorsque le cordon ombilical est sectionné, et avant que le placenta soit expulsé, on peut prélever jusqu’à environ 150 ml de sang par la veine ombilicale à l’aide d’une aiguille.

Le sang est ensuite analysé. Si les analyses ne permettent pas de conserver le sang dans la banque publique (par exemple, si une unité de sang de cordon contient trop peu de cellules), il peut être utilisé pour la recherche dans certains centres hospitaliers universitaires.

Le sang est traité et congelé dans de l’azote liquide. Il peut ainsi être conservé pendant au moins 10 ans. Tous les enfants du Québec peuvent alors bénéficier d’une greffe de sang de cordon, le cas échéant, qu’ils aient été donneurs ou non.

Le don de sang de cordon et le clampage tardif
Des études réalisées dans les dernières années indiquent qu’il est bénéfique, pour le bébé, d’attendre au moins une minute après la naissance pour couper le cordon. Le nourrisson aurait alors un plus grand poids de naissance, une concentration plus élevée d’hémoglobine et de meilleures réserves de fer à l’âge de 6 mois.

Bien que le clampage tardif puisse réduire le volume de sang recueilli, cette pratique n’est pas un obstacle au don. En effet, dans certains cas, le volume de sang de cordon est plus important qu’on le croit. Par conséquent, même si le clampage est fait plus tardivement, il y aura suffisamment de cellules.

Par ailleurs, le bien-être de l’enfant a toujours la priorité sur le don de sang de cordon. Par conséquent, si le clampage tardif est important pour les parents, ceux-ci devraient le mentionner à leur médecin qui attendra alors pour clamper le cordon et effectuera le prélèvement par la suite. Le don sera alors envoyé à Héma-Québec qui déterminera s’il y a assez de cellules pour qu’il soit mis en banque.

Choisir une banque publique ou privée?

Lorsqu’on fait un don à une banque publique comme celle d’Héma-Québec, les cellules souches sont accessibles à tous, comme lorsqu’on fait un don de sang. Plusieurs compagnies privées offrent également un tel service pour quelques milliers de dollars.

La particularité d’une banque privée est que les cellules souches de votre nourrisson seront destinées à son usage exclusif. Les intérêts des compagnies privées étant avant tout lucratifs, ces dernières présentent leurs services comme une chance unique de sauver la vie de votre enfant, au cas où il serait affligé d’une maladie grave.

Il peut être attrayant de garder, dans une banque privée, son propre sang, qui est toujours compatible pour usage personnel. Malgré le fait que les conditions dans lesquelles le sang a été traité sont contrôlées dans la grande majorité des banques privées, ce sont toutefois les parents qui sont responsables d’envoyer eux-mêmes le sang prélevé à la compagnie. Cela pourrait causer des problèmes avec la trousse de prélèvement avant l’accouchement ou après le prélèvement. Cela pourrait aussi augmenter les risques potentiels d’une mauvaise conservation du sang.

De plus, le sang de cordon ne peut être entreposé que pendant environ 10 ans. Les possibilités d’y avoir recours se situent entre 1 sur 20 000 et 1 sur 200 000. Les experts suggèrent donc de privilégier le don de sang de cordon à une banque publique, qui est sans frais pour le donneur.

À retenir

  • Le don de sang de cordon ombilical est sans risque pour la mère et le nouveau-né.
  • Il est possible de faire un don de sang de cordon même si vous voulez attendre au moins une minute avant de couper le cordon (clampage tardif).
  • Pour le moment, le sang de cordon est principalement utilisé pour les cas de leucémies, de certains déficits immunitaires et de certaines formes d’anémie. Grâce à la recherche, de nouvelles applications au sang de cordon dans le traitement des maladies sont toutefois découvertes.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Isabelle Louis, Ph. D., directrice scientifique du programme de thérapie cellulaire de l’Hôpital Sainte-Justine
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Décembre 2016

 

Photo : iStock.com/shumelki

 

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ARMSON, B. Anthony et autres. « Sang de cordon ombilical : counseling, prélèvement et mise en banque », Journal of Obstetrics and Gynaecology in Canada, vol. 37, no 9, 2015, p. 845-846. www.jogc.com
  • HÉMA-QUÉBEC. Don de sang de cordon ombilical. www.hema-quebec.qc.ca

 

À lire aussi