L'enfant qui n'aime pas le sport

L'enfant qui n'aime pas le sport

Certains enfants sont plus sportifs que d’autres. Comment encourager un enfant à bouger?

L’activité physique est essentielle pour la santé physique et mentale. Cependant, pour en tirer tous les bénéfices, elle doit se faire dans le plaisir. Alors, que faire si son enfant n’aime pas le sport? Avant tout, il est nécessaire de découvrir ce qui est à la base de son refus. L’enfant a-t-il déjà vécu une mauvaise expérience? Est-ce que l’activité choisie convient à sa personnalité? La solution n’est pas la même pour tous.



Pourquoi certains enfants n’aiment-ils pas le sport?

Certains enfants sont naturellement plus sportifs que d’autres. Cependant, chacun peut trouver une activité qui lui conviendra. Si votre enfant se montre réticent à faire du sport, tentez de trouver la cause de ce manque d’enthousiasme.

  • L’environnement est-il trop compétitif?
    Il se peut que l’enfant se sente obligé d’être le meilleur, de gagner ou qu’il ressente de l’angoisse devant la performance qu’on attend de lui. Cette pression peut venir de ses parents, mais aussi de la part de son groupe ou de l’entraîneur de son équipe sportive.
  • A-t-il peur du rejet?
    S’il se sent incompétent dans le sport qu’il pratique, il peut perdre confiance en lui et se sentir dévalorisé. Ce peut être le cas, par exemple, s’il est toujours le dernier choisi dans une équipe sportive.
  • A-t-il besoin de plus de soutien?
    L’enfant peut avoir besoin de l’attention et des encouragements de ses parents pour avoir confiance en lui.
  • L’activité choisie convient-elle au tempérament et aux capacités de l’enfant?
    Selon sa personnalité et ses habiletés, un enfant peut se sentir plus à l’aise dans un sport d’équipe (hockey, baseball, basketball, soccer) ou dans un sport individuel (yoga, escrime, judo, karaté, bicyclette). Il peut préférer des activités brèves, mais intenses (faire des courses de relais ou des sprints, par exemple) ou des sports d’endurance (natation, jogging sur courtes distances ou ski de fond).
  • Le niveau de difficulté de l’activité est-il approprié?
    Pour être stimulé, un enfant a besoin d’un défi à sa hauteur. Si le défi est trop facile ou, à l’inverse, trop difficile, il perdra sa motivation.

Comment encourager un enfant à bouger?

Le sport renforce des parties importantes du corps (le coeur, les poumons, les os), réduit le risque de maladies et améliore l’humeur. Il est donc important d’habituer son enfant à être actif dès son jeune âge.

Si vous souhaitez inciter votre enfant à bouger, rappelez-vous qu’il doit y prendre plaisir. Proposez-lui quelques activités, mais laissez-le choisir celle qu’il préfère. Intégrez également l’exercice dans la routine quotidienne. Lui permettre d’essayer différents sports est aussi un bon moyen pour lui de découvrir quels sont ses goûts.

  • Choisissez des activités adaptées à l’âge et à la personnalité de votre enfant. Si certains aiment les sports de combat, d’autres préfèrent la course ou les jeux de ballon. Si votre enfant n’aime pas un sport, n’insistez pas. Avec son aide, trouvez une autre activité qui lui convient mieux.
  • Faites des activités physiques avec lui pour le plaisir de passer du bon temps ensemble et pour l’inciter à bouger.
  • Accordez davantage d’importance à la coopération qu’à la compétition.
  • Aidez votre enfant à apprivoiser l’échec. Rappelez-lui que le sport est avant tout un jeu.
  • Limitez les heures permises pour la télévision et les jeux vidéo. Laissez du temps à votre enfant pour qu’il joue dehors à des activités libres et qu’il puisse pratiquer un sport.
  • Encouragez votre enfant à participer aux tâches de la maison et à intégrer l’activité à son quotidien. Par exemple, demandez-lui de transporter des sacs d’épicerie légers, d’aider à ranger, de marcher avec vous jusqu’à l’école, ou de prendre les escaliers.
  • Donnez l’exemple. Si vous participez à des activités sportives, votre enfant aura probablement envie de faire comme vous.
L’évolution de l’enfant à partir de 5 ans
À partir de 5 ans, s’il bouge régulièrement, l’enfant devrait maîtriser les habiletés de base comme courir, lancer, attraper, sauter. Par la suite, sa croissance et son évolution continueront de progresser.
Entre 6 et 9 ans, son équilibre s’améliore. L’enfant commence à acquérir des compétences plus difficiles, comme lancer plus loin. Il évalue mieux la vitesse des objets, mais pas encore la direction de leur trajectoire. Il est aussi difficile pour lui d’évaluer plusieurs détails à la fois pour prendre une décision rapidement. Puisque son attention demeure de courte durée, les instructions doivent être brèves et les règles, flexibles.
Par ailleurs, il est important qu’un enfant pratique une grande variété d’activités physiques. Cela lui permettra de développer une base solide pour l’ensemble des habiletés motrices comme l’équilibre, le lancer, l’attrapé, les sauts, la nage et la course. Des études ont démontré que les enfants qui se spécialisent très jeunes dans un sport sont moins performants que les autres en grandissant parce qu’ils ne développent pas toutes leurs habiletés motrices.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : François Prince, kinésiologue,
Faculté de médecine de l’Université de Montréal
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Janvier 2016

 

Photo : iStock.com/strickke

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • BROUCARET, Fabienne. « Quel sport pour mon enfant? », Psychologies, septembre 2015. www.psychologies.com
  • LEMIEUX, Mélanie et Guy THIBAULT. Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. L’activité physique, le sport et les jeunes. Savoir et agir. Avis du Comité scientifique de Kino-Québec. 2011. www.kino-quebec.qc.ca
  • RAISING CHILDREN NETWORK. Helping children enjoy sport more. Australie, 2014. raisingchildren.net.au
  • SOINS DE NOS ENFANTS. Société canadienne de pédiatrie. L’activité physique chez les enfants et les adolescents. 2012. www.soinsdenosenfants.cps.ca
  • SOINS DE NOS ENFANTS. Société canadienne de pédiatrie. Quand mon enfant sera-t-il prêt à faire du sport? 2012. www.soinsdenosenfants.cps.ca

À lire aussi