L'estime de soi chez l'enfant de 5 ans et plus

L'estime de soi chez l'enfant de 5 ans et plus

À partir de 5 ans, l’estime de soi est importante, car l’enfant fait face à de nombreux défis.

L’estime de soi se développe dès l’enfance. Déjà, petit, l’enfant adopte un comportement reflétant la façon dont il se perçoit. À partir de 5 ans, l’estime qu’il a de lui-même est particulièrement importante, car il doit faire face à de nombreux défis. Il doit, entre autres, devenir de plus en plus autonome et apprendre à lire, à écrire, à calculer... Cette période est riche en apprentissages et l’enfant a besoin d’avoir confiance en lui. Et c’est avant tout au sein de sa famille qu’il développe les bases de son estime de lui-même.



L’estime de soi, qu’est-ce que c’est?

Les termes « confiance en soi » et « estime de soi » sont souvent utilisés comme synonyme. Il y a toutefois une différence entre les deux, même s’ils sont reliés. Pour avoir une bonne estime de soi, il faut d’abord avoir confiance en soi. Le sentiment de confiance, c’est croire en ses capacités de réussir. L’estime de soi repose plutôt sur la conscience de sa valeur personnelle. Ainsi, c’est savoir reconnaître ses forces et ses limites et, donc, avoir une vision réaliste de soi-même. De cette manière, un enfant peut avoir une bonne estime de lui-même s’il sait reconnaître qu’il a des difficultés en mathématiques. L’estime de soi peut aussi varier d’un contexte à l’autre. L’enfant peut avoir une bonne estime de lui sur le plan social, mais une estime de soi à améliorer en ce qui concerne l’école.

Avoir une bonne estime de soi, c’est donc apprendre à connaître ses forces et ses faiblesses et s’accepter tel qu’on est. C’est comprendre qu’on a de la valeur, même si tout ce qu’on fait n’est pas parfait. Bref, c’est s’apprécier tel qu’on est, à sa juste valeur.

Un enfant qui a une bonne estime de soi peut :

  • avoir une vision juste de qui il est et ne pas se surévaluer ni se sous-estimer;
  • déterminer ce qui le différencie des autres;
  • faire des choix;
  • exprimer ses besoins, ses sentiments, ses idées et ses préférences;
  • se fixer des objectifs réalistes;
  • avoir confiance en l’avenir;
  • oser prendre des risques et se donner le droit à l’erreur;
  • ne pas perdre sa motivation à apprendre et à avancer;
  • avoir des relations positives avec les autres;
  • se faire confiance et faire confiance aux autres;
  • se faire respecter.
L’école et l’estime de soi
À partir de 5 ans, votre enfant doit s’adapter à une nouvelle réalité : l’école. C’est une période exigeante pour l’apprentissage. Il reçoit beaucoup d’informations, il apprend à se concentrer davantage, à s’organiser, à devenir plus autonome et responsable. Il doit s’intégrer à un nouveau milieu et il se comparera peut-être à ses camarades de classe, que ce soit en sport ou dans une matière scolaire (lecture, écriture, calcul) ou artistique. Étant avec plusieurs autres enfants de son âge, il sera peut-être porté à comparer son apparence à celle de ses camarades ainsi que sa façon d’être en relation avec eux. Sa confiance en lui pourrait en être ébranlée s’il n’a pas une bonne estime de soi. Il est d’ailleurs important de lui faire sentir qu’il est unique.

Aider son enfant à se construire une bonne estime de soi

En tant que parent, vous avez une grande influence sur votre enfant, particulièrement à cet âge. Voici des façons de l’aider à construire son estime de soi :

  • Développez le sentiment de confiance chez votre enfant : il s’agit d’un pas important vers l’estime de soi;
  • Valorisez les efforts de votre enfant et ses succès. Attention : l’effort demeure plus important que le résultat;
  • Aidez votre enfant à remarquer ses forces. Ce n’est pas nécessaire de toujours le complimenter, mais soyez attentif à ce qu’il fait. Quand il réussit bien quelque chose, quand il trouve lui-même des solutions à un problème, faites-le-lui remarquer pour qu’il en prenne conscience;
  • Constatez avec lui ses limites ou ses difficultés, mais encouragez-le à s’améliorer. Soulignez ses progrès ou les efforts qu’il fait pour y parvenir;
  • N’hésitez pas à répéter à votre enfant qu’une erreur n’est pas un échec. Montrez-vous fier de lui même s’il se trompe. Réfléchissez avec lui sur la manière de faire mieux la prochaine fois;
  • Laissez votre enfant accomplir des tâches domestiques, donnez-lui de petites responsabilités. Il se sentira utile et en retirera un sentiment de fierté;
  • Accordez du temps à votre enfant. Chaque fois que vous passez du temps avec lui et que vous êtes attentif à lui, il comprendra qu’il a de la valeur à vos yeux;
  • Démontrez à votre enfant que vous l’aimez tel qu’il est, sans condition, et non pour ce qu’il fait ou pour son apparence;
  • Laissez votre enfant exprimer ses émotions et sa pensée;
  • Amenez votre enfant à bien se connaître. Aidez-le à reconnaître ce qu’il aime et quelles sont ses forces;
  • Encouragez-le à prendre des décisions. Par exemple, laissez-le choisir ses vêtements pour la journée;
  • Invitez-le à relever des défis (à la mesure de ses capacités et de son âge);
  • Soyez réaliste dans vos attentes envers votre enfant.

Les comportements à éviter

Important
Votre enfant a besoin de savoir que vous l’aimez sans condition, avec ses forces mais aussi avec ses faiblesses, même si son comportement n’est pas toujours exemplaire. Par conséquent, ne faites pas de chantage émotif. Ne lui dites pas, par exemple, que cela vous ferait très plaisir s’il parvenait à faire ce que vous lui demandez.
  • Évitez de surprotéger votre enfant, car non seulement vous l’empêcheriez d’apprendre, mais vous lui enverriez un mauvais message : il pourrait croire qu’il est incapable, qu’il n’est pas digne de confiance;
  • Ne le critiquez pas constamment. Si vous faites toujours des commentaires négatifs à votre enfant, et si, malgré ses efforts, vous vous montrez insatisfait de son travail ou de son comportement, il va se décourager. Même si ce n’est pas parfait, félicitez-le. De temps en temps, lorsque vous êtes seul avec lui, vous pouvez lui montrer gentiment ce qu’il peut faire mieux;
  • Si votre enfant n’agit pas correctement, mettez l’accent sur le comportement à modifier plutôt que sur sa personne. Par exemple, vous pouvez lui dire que son geste n’était pas gentil et non dire qu’il n’a pas été gentil;
  • Soyez toujours respectueux envers votre enfant. Ne le rabaissez pas. Ce que vous dites à votre enfant a beaucoup d’impact sur l’image qu’il a de lui-même. Même si votre enfant ne fait pas exactement ce que vous souhaitiez, même s’il n’est pas aussi rapide ou habile que vous le souhaitiez, restez calme et positif. Ne l’insultez pas, ne criez pas, ne vous moquez pas de lui. Cela peut être très blessant pour lui et nuira à son estime de lui-même;
  • Intéressez-vous à votre enfant et à ce qu’il fait. Ne l’ignorez pas. Vous êtes encore au centre de son univers. Votre regard sur lui, l’attention que vous lui donnez, compte beaucoup pour lui;
  • Ne soyez pas trop exigeant. Le fait que vous ayez des attentes trop grandes envers votre enfant peut nuire à sa confiance. Il est encore petit et en apprentissage. Soyez réaliste dans vos demandes;
  • Ne le comparez pas avec ses frères et soeurs ou aux autres enfants de son âge. Comparez-le à lui-même en soulignant ses progrès.

S’estimer soi-même pour mieux aider son enfant

Votre enfant apprend encore beaucoup en vous imitant. Vous pouvez donc l’aider en travaillant sur votre propre estime de vous. Voici quelques exemples de ce que vous pouvez faire :

  • Ne vous laissez pas décourager par l’effort à faire;
  • Soyez ouvertement fier de vos accomplissements, même de ce qui vous paraît petit;
  • Faites des activités pour le plaisir (et non pour la performance);
  • N’accordez pas trop d’importance au regard des autres;
  • Accordez-vous des moments où vous vous faites passer en premier;
  • Ne vous rabaissez pas. Si vous avez fait une erreur ou si vous êtes moins bon dans une tâche, expliquez seulement à votre enfant que vous allez recommencer et apprendre à faire mieux la prochaine fois;
  • Au souper, faites un tour de table où chacun nomme un bon coup qu’il a fait durant la journée;
  • Sur une grande feuille, inscrivez le nom des membres de la famille. Par la suite, indiquez à côté de chacun quelles sont ses forces;
  • Consultez un psychothérapeute, au besoin, si vous ne parvenez pas à voir les choses de manière plus positive.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Ariane Leroux-Boudreault, B.Sc. en psychologie et intervenante en milieu scolaire
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Janvier 2016

 

Ressources et références

  • COLLECTIF. Affiche Pop ton potentiel. Éditions Midi-trente, 2013.
  • DESLAURIERS, Stéphanie. Attention : Estime de soi en construction. Éditions Midi-trente, 2013.
  • DUCLOS, Germain. L’estime de soi, un passeport pour la vie. 3e éd., Éditions du CHU Sainte-Justine, 2010.
  • DUFOUR, Geneviève et Sandra MORIN. Moi et mon univers. Éditions Midi-trente, 2014.
  • LAPORTE, Danielle. Favoriser l’estime de soi des 0-6 ans. Éditions du CHU Sainte-Justine, 2002.
  • LAPORTE, Danielle et Lise SÉVIGNY. L’estime de soi des 6-12 ans. Éditions du CHU Sainte-Justine, 2002.
  • VALLIÈRES, Suzanne. Les psy-trucs pour les enfants de 3 à 6 ans (chapitre L’estime de soi). Éditions de l’Homme. 2009.

À lire aussi