Les matins difficiles

Les matins difficiles

Le matin est souvent un moment tendu puisque tout le monde se lève et se prépare en même temps. C’est souvent la cohue et le temps est parfois difficile à gérer. Il reste que vous avez des engagements et que votre enfant doit se rendre au service de garde.

Voici quelques raisons pour lesquelles les tout-petits peuvent traîner de la patte le matin.

  • Ils ne comprennent pas bien la notion d’urgence, car ils vivent dans le moment présent. Pour eux, c’est le plaisir qui compte.
  • Ils trouvent difficile de suivre la cadence que leurs parents tentent de leur imposer parce qu’elle ne correspond pas à leur rythme naturel.
  • Ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent se dépêcher pour aller à la garderie.
  • Ils sont un peu perdus dans la routine du matin.
  • Ils refusent de collaborer parce qu’ils veulent décider certaines choses tout seuls.
  • Ils ne veulent pas quitter le confort et la sécurité du foyer.
  • Ils craignent que leurs parents accordent plus d’importance à leur travail qu’à eux.
  • Ils ne sont pas complètement réveillés et ils ont encore sommeil, alors ils se sentent stressés si on tente de les faire aller plus vite.

Comprendre ce qui empêche votre enfant de collaborer vous aidera à trouver la bonne stratégie pour l’aider à aller un peu plus vite le matin. Si votre enfant a l’air fatigué, rassurez-le, mais expliquez-lui qu’il faut quand même qu’il se prépare. Surtout, quel que soit votre degré de frustration, ne criez pas contre lui et ne lui faites jamais de mal physiquement.

 
Voici plusieurs stratégies qui rendront peut-être les matins un peu plus faciles pour tout le monde :

  • Ménagez-vous assez de temps le matin pour que vous n’ayez pas à vous dépêcher, même s’il faut pour cela vous lever un peu plus tôt. Cela vous permettra de rester calme et d’éviter d’agir avec énervement en présence de votre enfant.
  • Expliquez bien à votre enfant la routine du matin pour qu’il sache à quoi s’attendre. Gardez les choses simples avec seulement quelques tâches (ex. : se lever, s’habiller, déjeuner, brosser ses dents, quitter la maison).
Si vous avez plus d’un enfant, encouragez-les à collaborer, en disant que vous êtes une « équipe ». Par exemple, demandez au plus vieux d’aider le plus jeune à attacher son manteau ou ses souliers.
  • Affichez la routine sur un carton sur le réfrigérateur. Représentez chaque tâche par une image. Votre enfant pourrait s’amuser à coller un aimant sur l’image qui correspond à l’étape où il est rendu.
  • Si votre enfant n’arrive pas à faire les choses rapidement, essayez de le réveiller un peu plus tôt pour lui donner plus de temps.
  • Cherchez la collaboration de votre enfant pour limiter les crises. Proposez-lui des choix : « Veux-tu une orange ou une pomme? » ou « Veux-tu mettre ton manteau bleu ou ton manteau vert? »
  • Ménagez un peu de temps pour que votre enfant joue, et donnez-lui l’impression qu’il pourra reprendre son jeu plus tard.
  • Essayez de rendre vos rituels du matin amusants. Par exemple, chantez des chansons, placez une paille rigolote dans son verre de lait, transformez les tâches en jeu ou en mission : « Il est temps de s’habiller. On fait la course? » ou « Es-tu capable de mettre ton bol sur le comptoir? »
  • Félicitez votre enfant au fur et à mesure pour l’encourager à suivre sa routine.
  • Avertissez-le quand c’est bientôt l’heure de partir pour qu’il se fasse à l’idée. Une minuterie peut être utile.
  • Le soir, essayez de choisir les vêtements qu’il portera le lendemain, de préparer son petit-déjeuner et de ranger dans un sac ce qu’il devra emporter.
  • Si votre enfant est fatigué presque tous les matins, songez à le mettre au lit plus tôt le soir.
  • Si votre enfant n’a pas faim le matin, préparez-lui un petit-déjeuner qu’il pourra manger en route vers le service de garde.

Malgré vos efforts, certains matins resteront plus difficiles que d’autres. C’est le cas par exemple si votre enfant est enrhumé, s’il a mal dormi ou si vous êtes vous-même plus fatigué ou stressé. Il peut aussi avoir plus de difficulté à reprendre la routine les matins après la fin de semaine ou les vacances.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Traduction et adaptation : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2015

 

Photo : iStock.com/aphrodite74

 

Ressources et références

  • PRIMEAU, Diane et Julie COSSETTE. Les matins pressés. Montréal, Ma bulle éditeur, 2014, 28 p.

 

À lire aussi