L'enfant qui repousse les autres

L'enfant qui repousse les autres

Fatigué de la garderie? Un enfant peut devenir agressif quand les heures de garde se prolongent.


Il arrive parfois que certains tout-petits poussent, crient et s’impatientent, car ils ne tolèrent plus la présence des autres enfants. Ils se montrent irritables, s’isolent et rouspètent, surtout en fin de journée ou vers la fin de la semaine. Pourtant, ces tout-petits étaient auparavant souriants, sociables et intéressés aux activités de groupe. Comprendre les raisons de ce changement de comportement permet de les aider à retrouver leur plaisir d’être en groupe.

Pourquoi repousse-t-il les autres?

Un enfant peut devenir agressif en raison d’une difficulté à bien exprimer ses émotions, à vivre avec certaines contraintes de la vie de groupe, à comprendre les règles d’un jeu ou les consignes. Le stress et la fatigue de la vie en service de garde pourraient également expliquer son comportement.

Plus l’enfant vieillit, plus il est confronté à un environnement social exigeant. Du jeu solitaire, il évolue vers le jeu symbolique en petit groupe. Le tout-petit doit alors apprendre à attendre, à partager et à freiner son impulsivité. Ces nouvelles expériences peuvent être épuisantes pour lui.

Le stress au quotidien

Les enfants, comme les adultes, réagissent tous au stress. Le tout-petit absorbe toutes les stimulations de la journée vécues à la garderie, les positives (ex. : l’excitation d’un nouveau jeu avec ses amis) comme les négatives (ex. : les cris ou les pleurs d’un autre enfant).

Le stress causé par toutes ces stimulations peut se traduire par des difficultés à entrer en contact avec les autres de façon positive. Le tout-petit les repoussera alors ou s’isolera afin de diminuer le nombre de sollicitations sociales. À la maison, il pourrait avoir plus facilement des conflits avec ses frères et soeurs ou encore s’opposer lorsque vous lui demandez de ranger ses jouets, par exemple.

Les réactions d’impatience de votre enfant peuvent aussi indiquer une inquiétude devant une séparation, des disputes, une naissance ou un deuil. Lorsque votre enfant monopolise son énergie à s’adapter aux changements, il se fatigue et s’impatiente plus rapidement.

Vous pourriez également observer d’autres manifestations de ce stress :

  • votre enfant est impatient quand vous lui demandez d’attendre, avant de lui donner une collation par exemple;
  • il est irritable quand il n’arrive pas à s’habiller seul;
  • il est hypersensible et réagit avec plus d’intensité qu’à l’habitude aux événements du quotidien, par exemple par davantage de pleurs au moment d’aller au lit le soir.

Comment aider votre enfant

S’il présente des signes de fatigue et de stress

Dans ce cas, votre enfant pourrait avoir besoin d’une journée de congé de la garderie. À la maison, il y a moins d’interactions et surtout plus de calme. Il pourra également profiter de moments de tendresse avec vous.

Comme il n’est pas toujours possible de vous absenter du travail pour rester à la maison avec votre enfant, voici ce qui peut être fait pour réduire la fatigue et le stress qu’il ressent.

  • Allez porter votre tout-petit à la garderie plus tard le matin ou allez le chercher plus tôt l’après-midi pendant quelques jours afin de l’aider à retrouver son énergie et son sourire.
  • Pendant la journée, l’éducatrice de votre enfant peut lui offrir l’occasion de jouer seul et de se retirer temporairement du groupe afin qu’il puisse avoir un moment de calme. La possibilité de serrer dans ses bras sa doudou ou son toutou préféré, un coin lecture, un coin tendresse, un coussin ou l’utilisation d’un cache-oreilles qui coupe du bruit pourront l’apaiser.
  • Au retour de la garderie, prenez un moment pour jouer avec votre enfant, vous coller ou lire un livre ensemble. Cela vous permettra de prendre un temps d’arrêt et de faire doucement la transition entre la journée à la garderie et la routine parfois tourbillonnante de la soirée.

S’il a de la difficulté à bien interagir avec les autres

Dans ce cas, votre enfant risque de souffrir davantage de rester de nombreuses heures au service de garde. Voici ce que vous pouvez faire pour l’aider à développer ses habiletés sociales.

  • Offrez-lui des occasions pour apprendre à jouer avec les autres et pratiquer ses habiletés sociales. Par exemple, allez jouer au parc avec lui ou favorisez les interactions à la maison avec son frère, sa soeur ou des petits voisins.
  • Observez ses signes d’exaspération et décrivez-les-lui. Certains enfants tournent le dos quand un autre s’approche. D’autres émettent un son indiquant leur impatience « Ah! » D’autres se cachent ou s’agitent pour exprimer leur besoin de se retrouver seul. Plus votre enfant reconnaîtra ces signes, plus il pourra communiquer son besoin de jouer seul et éviter d’être puni pour avoir poussé ou bousculé un enfant.

 

À retenir

  • Le stress et la fatigue peuvent expliquer pourquoi votre tout-petit repousse les autres au service de garde.
  • Des journées moins longues à la garderie pendant quelques jours ou bien une journée de congé pourraient reposer votre enfant et ainsi l’aider à retrouver le plaisir de se retrouver en groupe.
  • Si votre tout-petit trouve difficile d’interagir avec les autres enfants, aidez-le à développer ses habiletés sociales.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Octobre 2014

 

Photo : iStock.com/wr2000

 

Ressources et références

Il existe au Québec plusieurs types de services de garde (CPE, garderies privées subventionnées ou non, garde en milieu familial et halte-garderie). Dans le but d’alléger le texte, nous avons choisi de privilégier les termes « garderie » et « service de garde » pour représenter les différents milieux de garde québécois.

__________________

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • BOURCIER, Sylvie. L’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 224 p.
  • ENCYCLOPÉDIE SUR LE DÉVELOPPEMENT DES JEUNES ENFANTS. Agressivité – Agression. www.enfant-encyclopedie.com
  • ENCYCLOPÉDIE SUR LE DÉVELOPPEMENT DES JEUNES ENFANTS. Relations entre pairs. www.enfant-encyclopedie.com
  • MORONEY, Trace. Quand je suis en colère. Montréal, Éditions Caractère, 2008, 18 p. (à partir de 2 ans)

À lire aussi