L'abandon de la suce

L'abandon de la suce

Adieu la suce! Des conseils pour accompagner votre enfant durant cette transition importante.

Le besoin de succion est un réflexe de survie chez les nourrissons. Après 6 mois, ils en auront surtout besoin pour s’apaiser. Certains d’entre eux développeront le besoin d’avoir une suce ou de sucer leur pouce. Passé l’âge de 3 ans, les enfants ne devraient plus être dépendants de ce réflexe de succion.



3 bonnes raisons d’abandonner la suce ou le pouce

1. Pour devenir « grand »

L’habitude de sucer son pouce ou une suce confine l’enfant à un statut de « bébé », et cela peut nuire à sa socialisation. Certains bambins très attachés à leur suce ont tendance à se montrer très timides et à se refermer sur eux-mêmes. De plus, lorsque ces habitudes sont tournées en ridicule ou montrées du doigt, elles risquent de compromettre l’estime de soi de l’enfant.

2. Pour apprendre à parler

Vers l’âge de 3 ans, la façon d’avaler (déglutition) se modifie. La succion et le mouvement de la langue, qui repoussent les aliments vers l’arrière, sont remplacés progressivement par une mastication et une déglutition plus complexes, grâce à l’action des dents. Le maintien du réflexe de succion à cet âge peut donc causer des troubles de la parole et de l’élocution (zozotement), et entraîner un problème de déglutition (bave). Cela peut marginaliser l’enfant.

3. Pour avoir de bonnes dents

Sucer son pouce ou une suce peut, à la longue, avoir des conséquences négatives sur les dents. Cela peut en effet gêner la bonne position des dents, causer un problème d’occlusion et entraîner une déformation de l’arcade dentaire. Il est donc très important que l’habitude de succion cesse avant l’apparition des dents permanentes.

Les suces « orthodontiques » : une question de marketing!
D’après les médecins et les pharmaciens, les suces dites orthodontiques peuvent avoir, tout comme les autres types de suces, des conséquences négatives sur les dents.

Le sevrage : à quel âge?

Il n’y a pas de réponse précise et définitive sur ce point. La Société canadienne de pédiatrie recommande de commencer le sevrage dès l’âge de 12 mois afin d’éliminer tout risque de problèmes dentaires et d’autres troubles, en particulier celui de l’apprentissage du langage.

D’autres pédiatres et spécialistes du développement pensent plutôt que la succion du pouce ou de la suce est parfois indispensable au tout-petit jusqu’à l’âge de 2 ans, voire de 3 ans, car elle l’apaise et l’accompagne fidèlement tout au long de ses « grands apprentissages » : celui du langage, de l’intégration des normes sociales, etc.

Selon un pédiatre américain, « la succion est l’une des rares ressources dont un jeune enfant dispose, de manière autonome, au cours de sa 2e année de vie pour venir à bout d’une tension, se protéger et se réconforter ». Ce pédiatre a d’ailleurs mené une étude importante auprès d’enfants qui suçaient leur pouce sans que leur mère les en empêche. Il a constaté une augmentation de cette habitude au début de la 2e année de vie puis un déclin naturel de cette pratique vers l’âge de 2 ½ ans.

Comment aider un enfant à se défaire de sa suce

L’abandon de la suce, ou du pouce, constitue une étape importante pour un enfant, un véritable petit deuil. C’est pourquoi il est essentiel de le préparer et de « l’accompagner » pendant cette transition. Voici des moyens pour amener peu à peu un enfant à abandonner sa suce.

N’essayez pas de le sevrer à des périodes critiques de sa vie, comme au moment de la naissance d’un petit frère, de l’apprentissage de la propreté, d’un déménagement, d’un divorce, etc. Choisissez un moment calme, comme les vacances.
  • Agissez progressivement. Au début, ne permettez l’usage de la suce qu’à la maison. Puis, limitez graduellement l’espace où votre petit peut y recourir, et ne la tolérez plus que dans sa chambre ou dans son lit. Ensuite, limitez la période où il peut l’utiliser : au moment de la sieste et de l’endormissement le soir. Le jour, lorsqu’il la réclame, détournez son attention et apprenez-lui à combler ce besoin autrement.
  • Évitez de l’humilier, de le culpabiliser ou de le punir. Par exemple, ne le comparez pas aux autres enfants qui n’en ont plus besoin et ne la jetez pas à la poubelle devant lui. Par contre, à l’aide d’objectifs établis avec votre enfant, vous pouvez l’amener à la jeter lui-même, en vous assurant qu’il soit fier de s’en débarrasser tellement il est rendu grand.
  • Donnez-lui des choix. Dites-lui : « On la jette? On la range? On la dépose sous l’oreiller pour que la fée des dents vienne la chercher? »
  • Faites-en une fête. Le jour de son anniversaire, dites-lui par exemple : « C’est ta fête aujourd’hui. Tu es un grand. Quand on est grand, on n’a plus besoin de suce. Alors, on va l’envoyer par la poste à un bébé qui en a besoin! »
  • Récompensez-le. Fabriquez un tableau de récompenses pour souligner ses progrès. Félicitez-le lorsqu’il abandonne sa suce, et dites-lui que vous êtes fier de le voir grandir!
  • Coupez le bout de la suce à l’aide d’un ciseau, par tranches de 1 mm à la fois, pendant quelques semaines. Votre enfant perdra alors le plaisir de téter et s’en débarrassera. Assurez-vous que les tranches soient nettes et que le résidu de tétine soit sécuritaire afin d’éviter un étouffement.
  • Certains enfants finiront par fendre leur tétine à force de la mordiller, ce qui aura le même effet, car dès que l’étanchéité nécessaire à la succion sera entravée, le plaisir sera diminué. Cela pourrait alors être une bonne occasion pour se débarrasser de la suce en utilisant un jeu symbolique. Par exemple, attachez la suce autour d’un animal en peluche en prenant soin d’enlever la tétine ou envoyez-la par la poste à un autre bébé puisque votre enfant est maintenant grand. Si cette stratégie n’est pas efficace, on peut revenir à la précédente en procédant à une coupe progressive. Il en est de même pour les enfants qui boivent trop de lait au biberon passé l’âge de 1 an. La solution simple et rapide est de remplacer le biberon par le verre à bec. Le plaisir de téter n’y étant plus, ils boiront assurément moins.
  • Soyez ferme. Si votre enfant demande à ravoir sa suce (et il le fera sûrement), ne cédez pas. Rappelez-lui qu’elle est « partie » et qu’il est grand maintenant.

Comment aider votre enfant à arrêter de sucer son pouce

L’abandon du pouce pose un problème de plus que la suce, car vous n’en contrôlez pas l’utilisation chez votre enfant. Vous devez donc le « déconditionner » en lui rappelant régulièrement qu’il est temps de laisser son pouce tranquille.

L’enfant qui suce son pouce le fait généralement dans des circonstances particulières : lorsqu’il ressent de la peine, de la colère, de l’insécurité ou même de la joie. Avec le temps, la plupart des enfants perdent cette habitude sans qu’aucune intervention soit nécessaire. Toutefois, si votre enfant a plus de 3 ans, intervenez pour éviter les complications.

  • Reconnaissez les moments où votre enfant a tendance à sucer son pouce, afin de l’inciter progressivement à changer ses habitudes. Si c’est au cours de conflits ou de périodes de frustration, invitez-le à verbaliser ses émotions.
  • Tentez de le distraire : essayez de détourner son attention en lui faisant faire des activités pendant lesquelles il devra se servir de ses 2 mains.
  • Sensibilisez-le aux conséquences de cette mauvaise habitude.
  • Accompagnez-le patiemment et fixez des objectifs à court terme. Un tableau de motivation avec des autocollants peut être utile.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Jean Turgeon, pédiatre
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juillet 2015

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • BRAZELTON, T. Berry. L’âge des premiers pas. Paris, Édition Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », no 587, 2006, 336 p.
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans. Guide pratique pour les mères et les pères. Québec, Institut national de santé publique du Québec. www.inspq.qc.ca
  • PONTI, Michelle, SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE et COMITÉ DE LA PÉDIATRIE COMMUNAUTAIRE. Les recommandations sur l’usage des sucettes. Paediatrics & Child Health, vol. 8, n° 8, 2003, réapprouvé en janvier 2013. www.cps.ca
  • ROSSANT, Lyonel et Jacqueline ROSSANT-LUMBROSO. Votre enfant. Guide à l’usage des parents. Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 1515 p.
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Soins de nos enfants. « Les sucettes (suces) : un guide à l’usage des parents ». www.soinsdenosenfants.cps.ca

À lire aussi