Les contraires

Les contraires

Petit et gros. Propre et sale… Profitez de vos activités quotidiennes pour l’initier aux contraires!

Même si les contraires font partie du langage quotidien, leur apprentissage n’est pas simple. De fait, pour comprendre que 2 mots s’opposent, votre enfant doit tout d’abord être capable de comparer les objets auxquels ces mots correspondent.

Ainsi, lorsque vous comparez les caractéristiques de 2 objets, vous aidez votre enfant à mieux comprendre la notion de contraire, par exemple : « La poupée est petite et l’ourson, lui, est gros. » Les activités du quotidien sont d’ailleurs un excellent moyen de faire découvrir les contraires à votre enfant.



De 0 à 12 mois

Même si votre enfant ne parle pas encore, utilisez des mots et leur contraire lors de vos activités quotidiennes avec lui afin de le familiariser au concept des contraires. Voici quelques exemples de ce que vous pouvez faire.

Votre tout-petit apprend en vous imitant, car vous êtes son premier modèle. Pour cette raison, utilisez un vocabulaire simple, juste et varié lorsque vous lui parlez.
  • Lorsque votre bébé est sur la table à langer, soulevez-le en disant « en haut » et redescendez-le en disant « en bas ». Répétez souvent cette activité pour l’aider à comprendre le sens de ces mots.
  • Au parc, dites aussi « en haut » et « en bas » lorsqu’il se balance. L’utilisation répétée de ces termes aide votre enfant à comprendre cette opposition.
  • Lors de vos jeux, montrez à votre bébé des animaux en peluche de différentes grosseurs et nommez-les : « Regarde la petite souris. Voilà le gros éléphant » ou « Le lapin a de longues oreilles. Le chat a des oreilles courtes. »

Vers 1 an à 3 ans

À cet âge, les tout-petits commencent en général à utiliser des adjectifs qualificatifs comme doux, chaud, sale, bon, gros et petit. Pourtant, ils en connaissent plusieurs autres, car ils comprennent les mots bien avant de les utiliser.

Même s’il est normal que votre enfant ne comprenne pas encore la notion d’opposé, comparer des objets l’aide à apprivoiser ce concept. Voici quelques idées de comparaisons à faire avec votre enfant.

  • Au moment du bain, offrez-lui des contenants de différentes grosseurs et encouragez-le à verser de l’eau d’un récipient à l’autre. Profitez de ce jeu pour faire des comparaisons (ex. : un petit pot, un gros pot; beaucoup d’eau, un peu d’eau). Présentez-lui des objets qui flottent ou qui coulent pour l’initier à l’opposition entre léger et lourd. Le bain permet aussi de lui faire découvrir d’autres couples de contraires : sale et propre, sec et mouillé, sous l’eau et sur l’eau, fermer et ouvrir, plus et moins, chaud et froid, plein et vide.
  • Lorsque vous êtes à l’épicerie, présentez des aliments à votre tout-petit et demandez-lui, par exemple : « La crème glacée est-elle froide ou chaude? Peux-tu m’aider à mettre plus de pommes dans le sac? Cette bouteille de jus est-elle pleine ou vide? » Comparez aussi les aliments qui sont mous à ceux qui sont durs (ex. : la pomme est dure et le fromage est mou).
  • Si votre enfant comprend bien ces concepts de base, vous pouvez utiliser des notions plus complexes, comme sucré et salé ou lisse et rugueux. Lorsqu’il goûte, voit, touche et compare des aliments tout en écoutant vos descriptions, votre enfant développe sa compréhension de ces nouveaux concepts. (Par exemple : La pomme est lisse, mais le kiwi est rugueux. Les croustilles sont salées, mais le chocolat est sucré.)

Vers 3 ans à 5 ans

Vers 3 ans, votre enfant commence habituellement à comprendre la notion d’opposé. Pour l’aider à perfectionner sa compréhension de ce concept, expliquez-lui les mots et concepts nouveaux dans différentes situations : habillement, repas, jeux, etc. Vous pouvez par exemple :

N’oubliez pas de renforcer les couples de contraires que votre enfant connaît déjà en les utilisant dans différents contextes.
  • lui présenter la notion de contraire à l’aide de ses vêtements : un bas court, un bas long; une petite mitaine, une grosse mitaine; un nouveau chandail, un vieux chandail…
  • utiliser ses jouets et lui demander de classer ses animaux en mettant les petits dans un panier, et les gros dans un autre. Demandez aussi à votre enfant de les regrouper selon d’autres couples de contraires : les animaux sauvages et les animaux domestiques, les bébés et leurs parents ou les méchants et les gentils.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Marie Plourde, orthophoniste
Recherche et rédaction :
Annie Pépin, intervenante en langage
Avril 2014

 

Ressources

  • BEAUMONT, Émilie et Sylvie MICHELET. Les contraires. Paris, Éditions Fleurus, coll. « L’imagerie des tout-petits », 1999, 30 pages.
  • Jeu Les contraires, Carotte magique, Lisciani Giochi
  • Jeu Les contraires, coll. Jeux de découverte, Ravensburger

 

À lire aussi