Émotions négatives: comment réagir?

Émotions négatives: comment réagir?

Votre enfant est triste ou en colère? Voyez comment réagir à ses émotions négatives.

C’est toujours plaisant de voir son enfant rire et être heureux. À l’inverse, lorsqu’il vit de la colère, de la peur ou de la peine, cela peut rendre certains parents mal à l’aise ou malheureux. Ils peuvent alors être portés à nier sa détresse en disant des phrases comme : « Ce n’est pas si grave! », « Arrête de pleurer! » ou « Il n’y a pas de raison d’avoir peur! ». Or, lorsqu’un tout-petit vit des émotions négatives, il est important d’être à l’écoute et de ne pas minimiser ce qu’il vit.

Pourquoi l’écouter?

Si vous n’accordez pas d’importance aux émotions négatives que vit votre enfant, vous lui apprenez qu’il n’est pas souhaitable de les exprimer. Votre tout-petit peut se sentir incompris. Il peut penser qu’il ne compte pas pour vous et développer une faible estime de lui-même. De plus, l’accumulation de peines, de colères et de frustrations pourrait entraîner des problèmes de comportement, le rendre agressif et nuire à ses relations avec les autres.

Il est donc souhaitable que vous preniez les émotions de votre enfant au sérieux. Lorsque vous reconnaissez son émotion, vous donnez de l’importance à ce qu’il vit. Votre tout-petit prend confiance en lui et il apprend à faire confiance aux autres. Cela contribue aussi à renforcer votre lien d’attachement.

Comment l’accompagner?

À mesure qu’il grandit et qu’il commence à parler, votre enfant arrive de mieux en mieux à dire ce qu’il veut. Mais même si ses capacités à communiquer s’améliorent, il a encore du mal à exprimer ses émotions. Lorsque votre enfant a de la peine, qu’il est fâché ou qu’il a peur, il peut se mettre à pleurer, se montrer irritable, se replier sur lui-même ou bouder dans un coin. Ce n’est pas pour faire le bébé, parce qu’il exagère ou parce qu’il veut votre attention. Généralement, c’est parce que votre enfant ne sait pas comment exprimer l’émotion qui l’habite.

Voici comment vous pouvez l’aider quand il vit une émotion difficile (peine, colère, peur) :

  • Mettez des mots sur ses émotions. Dites par exemple : « Tu es fâché parce que ta sœur ne veut pas te prêter son toutou? » ou « Tu as de la peine parce que grand-maman est partie? » Vous pouvez aussi lui poser des questions pour l’aider à mettre des mots sur ce qu’il ressent.
  • Rassurez votre enfant en lui disant que ce qu’il ressent est normal et que vous comprenez pourquoi il est triste ou fâché. Il se sentira alors compris et réconforté.
  • Donnez-lui des stratégies. Quand votre tout-petit devient très émotif, vous pouvez lui dire de prendre une grande respiration et de faire comme s’il soufflait sur une chandelle. Cela l’aidera à se calmer et à contrôler ses émotions.
Quand vous consolez votre enfant et que vous l’aidez à nommer ce qu’il ressent, vous lui montrez qu’il est important pour vous.
  • Servez de modèle. Lorsque vous éprouvez de la colère ou de la peine, vous pouvez dire à voix haute comment vous vous sentez pour donner l’exemple. Expliquez, par exemple : « Je suis triste parce que grand-papa est à l’hôpital. »
  • Prenez le temps d’écouter votre tout-petit même si vous êtes pressé ou préoccupé et que vous souhaitez régler les choses rapidement. Un enfant qui se sent entendu et compris passera plus rapidement à autre chose.

 

Faut-il lui cacher vos émotions?
Même si vous tentez de cacher vos émotions, votre enfant est comme une petite éponge, il peut les ressentir malgré tout. Mieux vaut lui dire quand vous avez de la peine ou quand vous êtes fâché. Il est préférable d’utiliser des mots adaptés à son âge et de répondre à ses questions sans donner de détails.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Nadia Gagnier, Ph. D., psychologue
Recherche et rédaction : Équipe de Naître et grandir
Avril 2015

 

 

Références

Pour les parents

  • BERGHELLA, Nadia. A. Jouons avec les émotions, Cartes psychopédagogiques pour comprendre et mieux vivre les émotions. Québec, Éditons Midi Trente, 2011, 27 cartes.
  • GUEGUEN, Catherine. Pour une enfance heureuse, repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau. Paris, Éditions Robert Laffont, 2014, 304 p.

Pour les enfants

  • CHABOT, Claire. Collection Zut de Flûte, Saint-Lambert, Éditions Dominique et compagnie, 2010, 32 p.
  • DUFRESNE, Rhéa.Ma journée, mes humeurs. Montréal, Éditions de L’Isatis, 2013, 24 p.

 

À lire aussi