Apprendre à dire bonjour

Apprendre à dire bonjour

Le salut est le premier geste de toute interaction sociale. Il permet d’entrer positivement en contact avec les autres. Pour saluer, il faut regarder son interlocuteur, lui sourire et lui dire bonjour. De la même façon, pour s’intégrer à un groupe, il s’agit d’observer et d’apprendre à demander : « Est-ce que je peux jouer avec vous? »

Déjà par son regard, un bébé entre en relation avec ses proches. Peu à peu, il sourit puis, vers 10 à 12 mois, il agite la main ou envoie des baisers quand on le quitte. Lorsque le langage se met en place, il peut dire « allô! », « bonjour! » ou « au revoir! ». Vers 4 ans, il est possible de lui expliquer l’importance de la politesse : « Nous allons chez tante Hélène. Elle aime bien quand tu lui dis bonjour. »

Lorsqu’un enfant ne répond pas aux salutations, il risque de manquer l’occasion d’apprendre d’autres habiletés sociales plus complexes comme attendre, partager, écouter ou négocier.

Comment lui enseigner

L’exemple que vous donnez a beaucoup d’influence sur l’apprentissage de votre enfant.
  • Donner l’exemple. Lorsqu’un membre de la famille arrive à la maison, dites-lui bonjour et invitez votre enfant à faire de même. Sourire, faire un clin d’oeil, serrer la main ou adresser un coucou sont aussi de bonnes façons de dire bonjour. Prenez le temps de nommer le geste pour votre enfant : « As-tu vu? Émilie te salue. Elle te dit bonjour. » Vous confirmez ainsi l’importance que vous accordez à ces gestes et offrez un modèle facile à reproduire.
  • Le féliciter. Encouragez votre enfant quand il salue. Faites-lui remarquer les réactions positives des autres : « Ton éducatrice sourit quand tu lui dis au revoir. Elle te fait un signe de la main elle aussi! »
  • Faire des mises en situation. Dites-lui : « Viens, nous allons demander ensemble à ton frère s’il veut jouer avec toi. » À partir de l’âge de 3 ou 4 ans, vous pouvez aussi imaginer avec lui de petits scénarios. Par exemple, inventez une situation où il rencontre une personne et demandez-lui ce qu’il ferait. Vous pourriez lui dire : « Nous allons au parc et un autre enfant joue près de toi. Que lui dis-tu s’il te sourit? »
Votre enfant a le droit de refuser un geste avec lequel il n’est pas à l’aise.
  • Ne pas le forcer. Même si sa timidité vous gêne, ne forcez pas votre enfant à saluer. De même, il est très important de ne pas lui imposer des bisous, des câlins ou d’autres contacts physiques. Il est préférable de le féliciter lorsqu’il dit bonjour plutôt que de réagir négativement lorsqu’il refuse. De cette façon, il comprend ce qu’on attend de lui, tout en respectant ses propres limites et sa personnalité.
  • Être patient. L’apprentissage des habiletés sociales demande du temps et de la pratique. Votre modèle finira par s’intégrer progressivement aux gestes de votre enfant. Si vous sentez votre enfant mal à l’aise dans certaines situations, n’hésitez pas à le questionner à ce sujet. Vous pourrez ainsi comprendre pourquoi certains gestes sont plus difficiles à poser pour lui et l’aider à mettre des mots sur ce qu’il ressent. Vous pourrez aussi trouver avec lui d’autres gestes avec lesquels il se sent plus à l’aise pour entrer en contact avec les autres.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Mai 2015

 

Références

Pour les parents :

  • COOPER, John. Mon enfant s’entend bien avec les autres. Les Éditions Marabout, 2006, 224 p. Voir le chapitre 9, « Saluer ».

Pour les enfants :

  • OUSATCHEV, Andreï. Bonjour, merci, au revoir. Éditions Nord-Sud, 2007, 24 p. (dès 3 ans)
  • MANCEAU, Édouard. Le petit mot magique. Éditions Milan (collection Capucine la souris), 2007. (dès 1 an)

À lire aussi