Autour de 3 ans

Autour de 3 ans

Vie de famille : à quoi m’attendre et que faire avec un enfant âgé de 3 ans?


Sa personnalité se définit davantage

À cet âge, votre enfant devient de plus en plus lui-même, et vous pouvez avoir une bonne idée de sa personnalité. Il développe son estime de soi et prend davantage conscience de ses forces, de ses intérêts et de ses talents. Les liens qu’il entretient avec vous sont de plus en plus solides, et il n’a plus peur d’être abandonné.

Comme votre enfant est dans une période où son identité se construit, il vous voit comme un modèle. Dans ses actions, il désire d’ailleurs probablement vous plaire davantage, mais cela ne l’empêche pas d’exprimer son déplaisir et ses opinions. Cela constitue en fait un progrès, puisqu’il apprend à se faire entendre. Voilà pourquoi il est important d’écouter ce qu’il a à vous dire et de le guider afin qu’il le fasse de façon respectueuse.

L’imaginaire et les règles dans les jeux

L’enfant de 3 ans est en général optimiste et enjoué, et son imaginaire prend de plus en plus de place dans ses jeux. Il est aussi sociable et capable, dans une certaine mesure, de participer à un jeu collectif. Cependant, attendre son tour et partager présentent encore un défi pour lui. Il a de la difficulté à tolérer les délais pour avoir de l’attention ou pour jouer à un jeu, par exemple. Parfois, l’enfant peut passer plus de temps à négocier comment et avec qui il joue qu’à jouer proprement dit. Il peut par exemple dire : « Aujourd’hui, je ne joue pas avec toi. Je suis en train de jouer avec elle. » Il commence également à comprendre les règles d’un jeu, même s’il ne les respecte pas toujours. Il est aussi capable d’énoncer les règles d’un jeu et de remarquer qu’un autre enfant ne les respecte pas.

De même, l’enfant de 3 ans joue de mieux en mieux à faire semblant, non plus seulement à partir de rôles, mais aussi à partir de thèmes et d’histoires. Son jeu tourne souvent autour du thème « du sauveteur et du danger », et il tient souvent le rôle du chef ou du personnage fort, tel que Superman ou un lion.

Essayez de donner à votre tout-petit l’occasion de s’amuser seul ou avec d’autres enfants aussi souvent que possible. Les jeux seuls et ceux avec des amis de son âge lui permettent d’être créatif et de laisser plus de place à son imaginaire que les jeux avec les adultes. Il sera toutefois heureux de vous aider à cuisiner, à passer le balai ou à ramasser les feuilles dehors, car il aime aussi bien « jouer » à être un adulte.

Sa capacité à argumenter se développe

À 3 ans, votre enfant commence à comprendre des règles simples et il contrôle mieux ses impulsions. Avant cet âge, il peut appliquer certaines consignes, mais il lui est difficile de bien en comprendre le sens, ce qui peut provoquer des réactions de frustration.

Il saisit aussi mieux ce que « non » veut dire, ce qui ne signifie toutefois pas qu’il fera ce que vous lui demandez de faire. Il est d’ailleurs à l’âge où il développe sa capacité à argumenter. De même, il est maintenant capable de demander le pourquoi d’une règle. En plus, comme il est encore égocentrique, le plaisir qu’il retire d’un jeu ou d’une activité est encore plus grand que son désir de respecter des règles ou des consignes. Il est toutefois important de continuer à lui fixer des limites et à avoir des attentes réalistes et cohérentes à cette étape de son développement.

Apprendre à reconnaître ses émotions et celles des autres

Les accès de colère de votre enfant peuvent être un peu moins nombreux parce qu’il parle mieux et réussit davantage à exprimer ses sentiments par des mots. Il est par exemple capable de dire : « Je suis fâché » ou « Je suis fatigué ».

Même s’il exprime davantage verbalement ce qu’il pense, il est possible que votre enfant ne possède pas encore un vocabulaire assez varié pour décrire ce qu’il veut ou ce qu’il ressent. Comme il ne réussit pas à s’exprimer avec des mots, il peut alors se mettre à pleurnicher. Pour qu’il apprenne à utiliser des mots plutôt que des pleurs, aidez-le à identifier et à nommer ses émotions ou ce qu’il veut.

Votre enfant commence aussi à prendre conscience que les autres éprouvent, comme lui, des sentiments. Lorsque vous le guidez, il peut comprendre les conséquences de ses gestes ou de ses paroles, par exemple qu’il a pu faire de la peine à un ami en refusant de jouer avec lui.

Rappelez-vous que chaque enfant est unique. Les petits ne se développent pas tous à la même vitesse dans tous les domaines (par exemple, en ce qui a trait à la mobilité, à la communication, à l’établissement de relations avec les autres). L’information sur ce site Web est conçue pour être générale. Si le développement de votre enfant vous préoccupe, le mieux est de consulter son médecin.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Traduction et adaptation : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Octobre 2016

 

Photo : iStock.com/ZoneCreative S.r.l.

 

À lire aussi