Intervenir: crier après mon enfant

Intervenir: crier après mon enfant

Que faire si vous avez crié après votre enfant? Où trouver de l’aide si cela arrive souvent?


Certaines personnes pensent que crier après leur enfant, sans lever la main sur lui et sans lui faire de mal physiquement, est sans conséquence. Mais s’emporter régulièrement contre son enfant peut être aussi nuisible que de le frapper, car cela a des conséquences sur sa confiance en lui et son estime personnelle.

Effets des cris sur un enfant

Les cris, les insultes et les menaces sont considérés comme une forme de violence verbale et psychologique qui a un effet négatif sur le sentiment de sécurité que l’enfant peut ressentir en présence de ses parents.

Cette insécurité pourrait faire grandir en lui des peurs et des craintes qui auraient des conséquences directes sur d’autres aspects de sa vie. Par exemple, l’enfant pourrait prendre l’habitude, lorsqu’il est en colère, de crier après son frère ou ses amis à la garderie.

N’oubliez pas que vous êtes un modèle pour votre enfant. Il est donc important que vous lui donniez un exemple positif en étant le plus possible en contrôle de vos émotions.

Que faire si vous avez crié après votre enfant?

Bien qu’il soit normal que vous vous sentiez parfois dépassé par votre rôle de parent, il est important de savoir que crier après votre enfant reste un comportement qui a des effets négatifs sur lui.

Si vous perdez votre sang-froid et si vous criez après votre enfant, dites-lui dès que possible que vous le regrettez et que vous auriez dû choisir un autre moyen pour exprimer votre colère ou votre insatisfaction.

Expliquez-lui également que vous ferez de gros efforts pour ne plus vous emporter à l’avenir. Le plus important est que votre enfant sente que vous l’aimez toujours et que vous ne vouliez pas crier après lui. Cela lui donne également un modèle afin que lui-même puisse contrôler ses accès de colère et agir de façon plus positive lorsqu’il vit une émotion négative.

Contrairement à ce que plusieurs parents peuvent penser, il est recommandé de vous excuser auprès de votre enfant d’un geste ou d’une parole que vous regrettez. Vous lui montrez ainsi que vous reconnaissez vos erreurs et que vous souhaitez poser un geste de réparation afin que vous vous sentiez mieux tous les deux. De cette façon, votre tout-petit comprend qu’il est acceptable, pour lui aussi, de reconnaître ses torts et de s’excuser.

Que faire si vous avez envie de crier après votre enfant?

Si vous sentez que des accès de colère vous donnent envie de crier, voici quelques stratégies qui pourraient vous aider à retrouver votre calme.

  • Tout en vous assurant que votre tout-petit est en sécurité, changez de pièce ou sortez quelques minutes, et respirez lentement. Cela vous apaisera et calmera aussi votre enfant.
  • Dites calmement à votre enfant que vous êtes fatigué, impatient, etc. Même s’il est tout petit et qu’il ne connaît pas bien toutes les émotions, il comprend par votre ton ce que vous tentez de lui exprimer. De même, nommer vos émotions et dire comment vous vous sentez pourraient aussi vous soulager et vous aider à vous apaiser.
  • S’il est présent, demandez à votre partenaire de prendre le relais et d’intervenir. Parfois, la même intervention, mais appliquée par l’autre parent, sera plus efficace.
  • Si vous le pouvez, appelez un membre de votre famille ou un ami afin de pouvoir partager votre sentiment d’exaspération et de colère. Vous vous sentirez ainsi soutenu, au besoin.
  • Vous pouvez également faire appel à une ligne d’aide téléphonique, telle que la LigneParents (1 800 361-5085) ou Première ressource, aide aux parents (514 5252573 ou 1 866 329-4223), afin de parler avec un intervenant qui pourra vous suggérer des méthodes plus positives à tenter avec votre enfant.

Pour d’autres stratégies vous aidant à garder votre sang-froid, consultez notre fiche Perdre le contrôle.

Quand demander de l’aide?

S’il est difficile pour vous de ne pas crier après votre enfant, il est important d’aller chercher du soutien afin de comprendre pourquoi vous avez de la difficulté à ne pas crier et de trouver des moyens pour y remédier. N’hésitez pas à demander de l’aide.

De nombreux organismes communautaires offrent des services ou des activités afin de soutenir les parents. Plusieurs d’entre eux proposent d’ailleurs des ateliers animés par des intervenants. Pendant ces ateliers, vous pouvez discuter de votre réalité familiale avec d’autres parents. Cela peut être très rassurant de sentir que vous n’êtes pas seul à vivre des moments plus difficiles dans votre rôle parental.

Vous pouvez également aller chercher du soutien en communiquant avec le CLSC de votre secteur. Les CLSC offrent aussi des services de soutien aux familles.

 

À retenir

  • Crier après son enfant a des conséquences négatives sur sa confiance en lui et son estime personnelle.
  • Il existe des stratégies pour vous aider à reprendre votre calme lorsque vous êtes sur le point de crier après votre enfant.
  • Si vous avez tendance à crier après votre enfant, plusieurs organismes communautaires et le CLSC de votre secteur peuvent vous aider.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Mai 2017

 

Photo : iStock.com/PeopleImages

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • BENOÎT, Joe-Ann. Le défi de la discipline familiale. Montréal, Les Éditions Québec-Livres, 2014, 256 p.
  • ENCYCLOPÉDIE SUR LE DÉVELOPPEMENT DES JEUNES ENFANTS. Comment l’exposition à la violence sociale affecte-t-elle les jeunes enfants? www.enfant-encyclopedie.com
  • LIGNEPARENTS. www.ligneparents.com
  • PREMIÈRE RESSOURCE, AIDE AUX PARENTS. www.premiereressource.com

À lire aussi