Comprendre l'enfant de 1 à 3 ans

Comprendre l'enfant de 1 à 3 ans

De 1 à 3 ans, l’enfant a des besoins psychologiques spécifiques. Des trucs pour mieux le comprendre.

De 1 à 3 ans, l’enfant maîtrise de mieux en mieux son corps, ce qui lui permet d’explorer son environnement tout en apprenant à respecter les limites que vous lui imposez. C’est aussi une période durant laquelle il apprend à jouer avec d’autres enfants.



Définir des limites

Éviter de lui imposer trop de règles en même temps, cela finirait par l’irriter et par vous énerver parce qu’il ne les respecte pas.

À cet âge, il convient de définir des limites. Les principaux gardiens de votre enfant et vous devriez vous entendre sur les limites à fixer, de sorte qu’elles soient cohérentes. Le métier de père ou de mère est difficile, et les parents doivent se soutenir entre eux. Les limites doivent être sensées, et elles ne doivent pas être négociables. Quelques règles comme « Ne fais pas de mal aux autres! » et « Vas-y doucement! » sont tout indiquées. Dites à votre petit ce que vous attendez de lui et précisez-lui les limites à ne pas dépasser. Tenez-vous-y avec fermeté et constance.

Les enfants observent beaucoup mieux les limites établies lorsqu’ils se sentent aimés, et entourés de chaleur et d’affection. Les directives données sur un ton positif, comme « Ferme la porte doucement, s’il te plaît », donnent de meilleurs résultats que celles qui semblent négatives, comme « Ne fais pas claquer la porte ». Lorsque vous relevez qu’il a un bon comportement et que vous le félicitez, votre enfant bâtit son estime de lui-même et ne ressent plus le besoin de s’opposer à vous aussi souvent.

Jouer en sécurité
Les enfants peuvent faire les pires sottises, et ce, plus tôt que vous ne l’imaginez! Ils sont tellement occupés à explorer le monde qui les entoure qu’ils en viennent parfois à se mettre dans le pétrin. Veillez à ce que le vôtre évolue dans un environnement sûr et à ce qu’il ne soit jamais laissé seul bien longtemps.

Comment réagir si l’enfant dépasse les limites?

Essayez de comprendre ce qui ne va pas et ce qu’il faut faire, au lieu de perdre patience.

C’est le propre de l’enfant de violer, de temps à autre, les règles établies. La façon dont les parents doivent réagir à un tel manquement dépend de la situation et de l’âge de leur petit. Il leur faut tenir compte de la situation et de ce que leur enfant ressent avant de décider de la réaction appropriée. Souvent, un petit se conduit mal parce qu’il est perturbé. Comme il ne sait pas expliquer ce qui l’incommode, il communique son malaise d’une autre façon. Son but n’est pas de mettre ses parents en colère, mais d’exprimer ce qu’il ressent. Votre enfant s’ennuyait-il? Était-il trop excité à l’idée d’essayer de nouvelles choses? Le fait de saisir ce qu’il ressent vous permettra de rester calme et de mieux l’encadrer.

La gestion des sorties

Choisissez soigneusement l’heure des sorties, car les enfants ont besoin de leurs collations et de leurs siestes.

Avant d’entreprendre une nouvelle activité ou de faire une sortie, rappelez-lui vos attentes et les limites à respecter. Il est très utile, lorsque vous sortez, d’apporter son jouet préféré, ainsi qu’une collation. Expliquez-lui où vous allez, ce que vous allez faire et comment vous voulez qu’il se comporte pour qu’il sache à quoi s’attendre. Dites-lui, par exemple : « Reste avec maman! ».

Si vous croyez que la sortie sera trop éprouvante pour lui, mieux vaut alors le faire garder. Dans la mesure du possible, demandez à votre gardienne d’arriver de 15 à 30 minutes avant l’heure de votre départ pour qu’elle puisse participer à des activités avec lui pendant que vous êtes encore à la maison. Et surtout, ne partez jamais sur la pointe des pieds sans lui dire au revoir.

L’importance des routines

Les enfants ont besoin de routine. Celle-ci leur permet de prévoir ce qui les attend et leur donne un sentiment de contrôle. La routine du coucher, en particulier, simplifie la vie et est plutôt plaisante pour tout le monde. Un enfant qui est toujours mis au dodo à la même heure, après avoir fait une activité apaisante (comme prendre un bain ou écouter une histoire), s’endort plus facilement. Pour aider votre petit à s’habituer à sa routine, parlez-lui à l’avance de ce qui va se produire.

Apprendre à jouer avec les autres

Tous les petits mettent du temps à se faire des amis et à s’entendre avec les autres. Votre enfant améliorera ses habiletés sociales à mesure qu’il apprendra à mieux parler et à mieux contrôler ses mouvements. Le fait de jouer et dialoguer avec votre enfant, dans un contexte joyeux et amusant, l’aidera à mieux se préparer à interagir avec les autres. Vous pouvez l’amener à affronter de nouvelles situations en simulant celles-ci.

Votre enfant a besoin de savoir qu’il peut compter sur vous et que vous êtes là. S’il se sent en sécurité, il explorera plus avidement le monde qui l’entoure. Si vous voyez qu’il semble avoir des difficultés, interrompez ce que vous êtes en train de faire et allez l’aider. Par exemple, s’il a du mal à jouer avec un groupe d’enfants, vous pouvez lui donner un jouet qui convient à tous pour l’aider à s’intégrer.

L’adaptation à la garderie

Son jouet préféré ou sa couverture favorite l’aidera aussi à se sentir en sécurité en votre absence.

Si c’est possible, avant de faire garder votre enfant à temps plein, commencez par le confier à la garderie quelques heures chaque jour, pendant quelques semaines. Pour l’aider à s’habituer à cette nouvelle situation, restez avec lui quelques minutes les premiers jours, et moins longtemps par la suite. Il pourra ainsi s’adapter à la garderie, et vous en saurez plus long sur cette dernière. Instaurez un rite agréable au moment de votre départ. Par exemple, embrassez-le, souriez-lui et n’oubliez pas de lui dire que vous serez bientôt de retour.

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Liane Comeau, Ph. D., consultante scientifique en petite enfance
      Traduction et adaptation : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : Mai 2011

À lire aussi