La fessée et les autres punitions corporelles

La fessée et les autres punitions corporelles

La fessée a des effets négatifs sur le développement de l’enfant. Comment éduquer sans frapper?


La fessée et les autres punitions corporelles, comme secouer, gifler, taper ou pincer, ont des effets négatifs sur le développement psychologique et social d’un enfant. Pour bien se développer, l’enfant a besoin de vivre un sentiment de sécurité physique et psychologique. Et c’est d’abord auprès de ses parents qu’il trouve ce sentiment de sécurité. Ainsi, lorsqu’il est puni physiquement, l’enfant ressent de l’insécurité.

Conséquences des punitions corporelles

Certains parents tendus en viennent à frapper leur enfant dans l’espoir de reprendre le contrôle de la situation. Toutefois, secouer, taper ou pincer un enfant ne sont pas des formes de discipline efficaces. Aucune étude n’a d’ailleurs démontré qu’il existait des effets positifs liés aux punitions corporelles.

Lorsque l’enfant reçoit une punition corporelle, il :

  • se juge comme une mauvaise personne, pas à la hauteur des attentes de ses parents, et en vient à n’avoir qu’une faible estime de lui-même;
  • apprend que les problèmes peuvent être réglés par la violence physique;
  • obéit à court terme. À long terme, les punitions corporelles entraînent chez lui l’apparition de différents sentiments : peur, agressivité, désir de vengeance ou de révolte et volonté d’occuper à son tour une position de pouvoir;
  • accumule en lui de la peur et de la rage, qui risquent de ressortir plus tard. Ainsi, un tout-petit régulièrement frappé risque davantage d’être violent avec les autres enfants ou avec ses parents;
  • peut adopter un comportement défensif et être méfiant vis-à-vis des adultes qui l’entourent;
  • a plus de risque de devenir un adulte violent.

Comment éduquer sans frapper?

Vous êtes le premier modèle de votre enfant. L’influence que vous exercez sur lui repose avant tout sur la qualité de votre relation avec lui. Une relation basée sur le respect mutuel et sur l’amour pousse l’enfant à se responsabiliser et à avoir une estime de soi positive.
  • Pour exprimer votre déception, votre mécontentement ou votre colère, formulez clairement votre désaccord à votre enfant. N’attendez pas d’être à bout avant de lui exprimer votre désapprobation.
  • Appliquez la règle des 3 R : « Recule, Respire et Réagis », en vous isolant quelques instants pour prendre du recul ou en envoyant votre enfant dans sa chambre pour un court moment, le temps que la tension baisse.
  • Travaillez en équipe avec l’autre parent ou l’éducatrice de votre enfant. Le partage d’expériences et d’observations permet de mieux connaître les besoins de votre tout-petit et de s’entendre sur les limites à donner et les qualités à valoriser.
  • Demandez de l’aide extérieure si vous vous mettez souvent en colère contre votre enfant. Aller chercher du soutien est essentiel afin de maintenir une relation positive avec votre enfant.

 

Pour vous aider à faire face à des problèmes de discipline :

 

À retenir

  • Les punitions corporelles n’ont aucun effet positif sur l’enfant et affectent l’estime qu’il a de lui-même.
  • Il est important de prendre du recul lorsque vous sentez que votre colère est grande et que vous pourriez vous emporter.
  • Avec du soutien, vous pouvez développer des stratégies positives pour exercer une discipline bienveillante avec votre enfant.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Mai 2017

 

Photo : iStock.com/laartist

 

Ressources et références

  • BENOÎT, Joe-Ann. Le défi de la discipline familiale. Montréal, Les Éditions Québec-Livres, 2014, 256 p.
  • BOURCIER, Sylvie et Germain DUCLOS. « La fessée au banc des accusés », dans Le grand monde des petits de 0 à 5 ans. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2006, 176 p.
  • RACINE, Brigitte. La discipline, un jeu d’enfant. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 136 p.
  • RACINE, Brigitte. Le respect, une valeur pour la vie. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2016, 236 p.

 

À lire aussi