Naître et grandir

Site web et magazine de référence sur le développement des enfants

Afficher le menu et la recherche

Dans mon assiette

Lien du fil RSS de ce blogue Blogue de Stéphanie Côté

« Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque semaine! »

On ne force pas un enfant à manger

Par:

 

« On ne force jamais un enfant à manger! On n’oblige pas MA fille à manger au-delà de sa faim. Ça fait 4 ans qu’elle écoute naturellement les signaux de faim et de satiété que lui envoie son corps et elle se porte à merveille. Personne ne viendra brouiller ces messages et compromettre ce précieux réflexe. AUCUNE interférence, compris?! »

C’est dans ma tête que cette voix hurlait. J’ai su trouver une réponse et un ton plus courtois pour répondre à une éducatrice qui voulait que Laura mange tout son sandwich.

- « Pardon, mais je ne force jamais ma fille à vider son assiette. Un enfant est le mieux placé pour savoir s’il a encore faim. »

- « Vous avez juste à moins lui en mettre dans son lunch. »

La voix dans ma tête hurle de plus belle.

« Et comment puis-je deviner si Laura aura une grosse ou une petite faim? L’appétit d’un enfant varie d’un jour à l’autre. Je ne veux pas qu’elle se retrouve l’estomac dans les talons parce que je voulais lui éviter de manger à en avoir mal au cœur! »

Mais je réponds poliment :

- « Vous savez, l’appétit d’un enfant varie souvent. Je souhaite que Laura puisse manger à sa faim les jours où ses besoins seront plus élevés. Je préfère qu’elle laisse un peu de nourriture dans sa boîte à lunch plutôt qu’elle en manque. »

- « Et comment vais-je gérer les autres enfants? À leurs yeux, votre fille ne doit pas faire exception. »

Décidément, mes nerfs de maman qui reconduit son enfant à l’école pour la première fois sont en boules. Et ma corde sensible de nutritionniste qui veut le bien des enfants est irritée. Heureusement, je suis la seule à m’entendre.

« Je ne vous parle pas d’exception, je vous parle d’une NORME! Il n’y a pas que Laura qui devrait respecter sa faim. Tous les enfants devraient être encouragés à le faire. Continuez à les forcer et bientôt, ils perdront toute communication avec leur estomac. Allô la prévention de l’obésité! »

Au lieu de ça, je conclus, d’une voix vacillante :

- « Je comprends et je ne veux pas semer la zizanie. Mais peut-être devriez-vous permettre à tous les enfants d’arrêter de manger quand ils sont rassasiés? Pendant que vous y réfléchissez, je vais demander à Laura de refermer discrètement son contenant et de le ranger lorsqu’elle n’en voudra plus. »

J’embrasse Laura, je salue l’éducatrice et je sors. Je n’en peux plus.

J’ai beau avoir un trop-plein d’émotion, ce n’est pas un caprice, c’est le gros bon sens. Les spécialistes, les livres, les études le disent : on ne force pas les enfants à manger quand ils n’ont plus faim.

Je ne suis pas de nature agressive non plus. MAIS PERSONNE NE FORCE MES ENFANTS À MANGER!

Mots-clés:, ,

Billets récents

34 réponses pour “On ne force pas un enfant à manger”

  1. Isabelle 17 septembre 2010 à 13 h 02 min #

    Je partage totalement votre point de vue. Jamais à table je ne parle de quantités, de nombre de bouchées…

  2. Nathalie 17 septembre 2010 à 19 h 29 min #

    Ouf! Steph, tu en avais gros sur le coeur!!! ;-)

    Bien dit en tous les cas! C’est plein de bon sens ce que tu dis!

  3. Isa 18 septembre 2010 à 0 h 28 min #

    Je suis bien d’accord… mais il faut appliquer cela avec discernement ;)

    La fille de mon chum qui a 6 ans m’a avouée (sous le sceau du secret) qu’elle dit parfois ne plus avoir faim quand elle aime moins le souper, car elle sait qu’elle pourra avoir autre chose un peu plus tard. Des choses évidemment qui lui plaisent davantage comme des fruits ou des barres granola. C’est bien beau de respecter sa faim, mais il faut parfois « forcer » ou encourager quelques bouchées de viande ou de poisson ;) Surveiller l’équilibre en quelque sorte…

    Du moins c’est ce que je crois…

  4. Joëlle 18 septembre 2010 à 0 h 59 min #

    Je crois que tu cernes bien le problème Isa.. Les enfants ne voit plus l’acte de manger dans le but premier de se nourrir mais de se procurer plaisir.

  5. Joëlle 18 septembre 2010 à 1 h 02 min #

    Bizarre cette siuation Stéphanie… les éducatrices n’ont pas dans leur description de tâche de nourrir les enfants. Je crois que c’est particulier à elle, elles ne sont pas supposés faire ça, j’en glisserais un mot à la directrice du service de garde ;-)

  6. maman ourse 18 septembre 2010 à 10 h 53 min #

    Je trouve étrange aussi qu’elle insiste pour que les enfants mangent tout comme ça ! Ça ne m’est jamais arrivé avec ma plus vieille qui est maintenant en première année. Je serais curieuse de savoir si elle se force à tout avaler elle-même! :)

    Côté goût, on m’a souvent dit que ça prend du temps (goûter 7 fois?) pour aimer un aliment qu’on aime pas vraiment. Est-ce que C’est vrai? Parce que ici on goûte mais si on aime pas, tant pis, on y goutera une prochaine fois encore. Je préfère les voir manger des fèves que les voir  »ne pas manger » de carottes, par exemple :)

    Par contre ils savent très bien qu’ils n’auront pas de bonbons ou quelque choses du genre pour remplacer l’aliment qu’ils n’aiment pas. Et ils savent aussi qu’ils ne pourront pas compenser sur le dessert car à la maison quand on ne mange pas du tout alors pas de dessert, si on mange un peu on a un petit dessert et si on mange bien on a un bon dessert. C’est mon pédiatre qui m’a dit de faire comme ça car je me questionnais sur la question du fameux  »tu ne manges pas tout ton assiette alors pas de dessert ». Technique que je n’aimais pas beaucoup parce que ça les forces justement à trop manger pour avoir leur dessert!

  7. Joëlle 18 septembre 2010 à 15 h 31 min #

    J’ai 4 enfants (1 1/2 à 10 ans) alors les conversations à table sont si animés que je ne vois pas trop ce qui se mange ou ne se mange pas! Mais les assiettes reviennent généralement vides, c’est signe qu’ils se débrouillent bien avec leur faim. Un truc si ça vous intéresse, les casseroles tout-en-un ;-) Les légumes sont intégrés directement au reste. S’ils ont vraiment faim, ils n’ont pas le choix d’affronter leur démon! Un autre, les desserts servis à la collation et non après les repas. Avec ces 2 façons, les enfants ne sont pas déconcentrés car ils n’ont qu’une seule chose à manger, la casserole!!!

    Une chose qui n’aide pas les enfants à aimer les légumes… ce sont les mozus d’annonces à la télévision, on fait dire par des enfants (acteur) des messages du genre ah non pas des légumes ouach…. ça m’est déjà arrivé suite à ça qu’un de mes enfants me fasse du chichi devant son assiette, l’impact est direct hein!

  8. Joëlle 18 septembre 2010 à 15 h 38 min #

    Un autre truc, encore!
    C’est de leur montrer ça sous l’angle de ne pas gaspiller. Par exemple, s’il ne ne veulent pas d’un tel ingrédient dans leur assiette, ils ne peuvent avoir un autre mcx de pain… Je leur explique qu’on ne jetera pas tel chose pour pouvoir en manger une autre.

  9. Marie Claude 19 septembre 2010 à 13 h 07 min #

    En théorie, je suis tout à fait d’accord. Sauf que dans la réalité, c’est parfois BEAUCOUP plus difficule à appliquer…!! Mon fils de 9 mois, né à moins de 6 lbs, fait ÉNORMÉMENT de chichis pour manger. Si je cessais de le nourrir dès qu’il manifeste son mécontentement (qui semble indiquer qu’il n’a plus faim), il ne mangerait que quelques cuillèrées par repas. Or, il ne pèse que 15.8 lbs, ce qui le situe LARGEMENT en-dessous des courbes de poids… Je fais quoi alors????

  10. Joëlle 19 septembre 2010 à 20 h 52 min #

    Il y a ça Marie-Claude, et sûrement comme moi, ton pédiatre a mis de la pression sur toi pour « engraisser » ton bébé! Mon petit dernier est tout maigre(!), dans le rang centile il est à 95 de grandeur mais 25 de grosseur. J’ai très hâte de voir ce que Stéphanie a à dire là-dessus. Moi, j’ai toujours pensé que c’était dans la nature des choses de rentrer dans l’ordre tout seul.

  11. Anonymous 20 septembre 2010 à 2 h 43 min #

    J’essaie, mais qu’est-ce qu’on fait lorsqu’ap`res seulement une bouchée, elles demandenet le déssert ?

  12. Dominique 20 septembre 2010 à 3 h 07 min #

    Bonjour, ma fille de 25 mois pèse 10.2 kg et mesure 85.5 cm. Elle a toujours garder sa courbe pour la hauteur mais a chuté du 50e au 7e percentile pour son poids. Son médecin ne s’alarme pas car elle se porte très bien et est très active, Elle refuse souvent de déjeuner plus de quelques morceaux de fruits et 5-6 oz de lait de formule Bon Départ puisque le lait de vache ne passe pas ( elle l’a vomit à 12 mois et encore à 18 mois) Elle prend du yogourt quand sa lui dit et mange peu de fromage. Je suis très découragée et anxieuse car elle ne mange pas énormément au dîner à la garderie mais mange bien le soir. Comment l’aider à augmenter son poids, varier sa nourriture et la rendre attrayante? Je suis à court d’idées et ne veux pas la forcer à manger.

    Des suggestions??

    MErci énormément

  13. P-A 20 septembre 2010 à 12 h 27 min #

    Félicitation pour le self-control Steph :)

    Pour ma part j’ai toujours appliqué le principe qu’un enfant ne se laissera pas mourrir de faim. Ma petite à 2 ans et si elle décide de ne pas manger son diner je l’emballe et lui ressert pour souper (ça évite la question du « elle ne mange ce qu’elle aime »).

    P-A

  14. Stephanie Cote 21 septembre 2010 à 1 h 31 min #

    Wow, quelle belle participation! Par quoi commencer?

    C’est vrai que les enfants recherchent le plaisir dans leur assiette. C’est normal et même souhaitable! Les notions de plaisir et de santé sont compatibles… une chance! Bien sûr, les petits ratoureux ont leurs trucs, mais vous avez énuméré plusieurs bons trucs.

    Pour éviter de forcer, même indirectement, les enfants à manger, on peut ajuster les quantités qu’on met dans l’assiette en les servant. Je jouerais prudemment la carte du non-gaspillage, car il est normal que les enfants n’apprécient pas tous les aliments au premier essai (jusqu’à 7 fois et plus, effectivement). Il existe une théorie qui dit qu’on devrait présenter les aliments sur la table et laisser les enfants décider des quantités qu’ils mangeront de chacun. Le parent peut évidemment inciter l’enfant à goûter, mais ne pas nécessairement restreindre l’accès aux aliments qu’il préfère (qui sont prévus au menu).

    @Marie-Claude. Votre bébé est né petit et il a encore un tout petit organisme. Ses besoins ne sont peut-être pas très élevés et il n’y a pas de norme sur les quantités qu’il devrait avaler. Il faut suivre son développement avec son médecin, comme vous le faites déjà. N’insistez pas trop pour qu’il mange. Établissez un horaire de repas en vous assurant de laisser suffisamment de temps entre les collations et les repas (pour qu’il ait faim). Est-ce que vous l’allaitez? Il boit peut-être beaucoup et ça lui coupe l’appétit? Il m’est difficile de donner des conseils personnalisés sans connaître toute l’histoire de votre enfant. Vous seriez probablement rassurée de rencontrer une nutritionniste en consultation privée.

    @Anonymous au sujet du dessert. Le principe de « maman ourse » s’applique ici. Pas faim pour le repas: pas faim pour le dessert. Sans forcer à vider l’assiette, on peut expliquer à l’enfant qu’on ne se nourrit pas de dessert. N’augmentez pas la taille du dessert proportionnellement à la taille de l’assiette consommée cependant, ce qui pourrait encourager la sur-consommation. La portion du dessert devrait toujours demeurée « raisonnable ».

    @Dominique. Vous pourriez débuter le repas de votre fille avec des aliments plus denses en calories que des fruits. Ces derniers lui remplissent peut-être l’estomac. Servez-lui comme dessert ou collation. Choisissez du yogourt à 10% M.G. et des fromages réguliers (plutôt qu’écrémés). Votre fille est peut-être un peu anxieuse à la garderie ou pour une autre raison (bruit, excitation, autres enfants), elle a moins d’appétit. Comme pour Marie-Claude, je ne peux pas me prononcer sans en connaître davantage. Je ne voudrais pas mal vous conseiller. Je vous encourage fortement à consulter une nutritionniste pour vous rassurer et vous aider à trouver les trucs appropriés.

    Merci à tous pour vos commentaires. C’est toujours un plaisir de vous lire.

  15. Geneviève 21 septembre 2010 à 14 h 30 min #

    Mon garçon de 3 ans nous fait souvent le coupe du « je n’ai plus faim » après seulement 2 ou 3 bouchées… c’est alors qu’on lui dit que s’il n’a plus faim pour son assiette, il n’a pas faim pour autre chose non plus!!! Et hop, comme par hasard, il continue de manger et fini par finir son assiette.

  16. Joëlle 21 septembre 2010 à 23 h 27 min #

    Le geste est sincère, je ne laisserais pas des brocolis se gaspiller dans la poubelle juste parce que lui veut encore d’autre fromage! Par contre, si c’est un nouvel aliment, c’est autre chose, je sers dans les assiettes que 3-4 bouchées et je ne fais pas de cas… Bien d’accord avec toi, Stéphanie, la carte du non-gaspillage ne se joue pas avec un nouvel aliment!

    J’ai bien aimé ta réponse, des pistes intéressantes…

  17. Renée 22 septembre 2010 à 1 h 10 min #

    Cet article m’a fait beaucoup réfléchir, et j’avoue qu’avec mes deux filles de 4 ans et 1 an cela s’applique parce qu’elles mangent bien et que je n’ai jamais vraiment insisté sur les quantités.

    Toutefois, depuis un certain temps mon garçon de 3 ans refuse de manger au dîner et au souper parce qu’il veut jouer. Alors après plusieurs interventions variées j’ai trouvé une solution. S’il refuse de manger, je le place dans un endroit plus isolé avec son assiette. Je ne m’attends pas à ce qu’il mange tout mais qu’il mange un peu, dès qu’il fait l’effort il revient avec nous. Je l’oblige peut-être à manger, mais si je ne le fais pas il se réveille la nuit parce qu’il a faim et ne peut dormir.

    Je crois qu’un minimum de nourriture dans le corps est tout de même nécessaire et si je dois faire quelques interventions pour les obtenir je les ferai.

  18. Stephanie Cote 22 septembre 2010 à 1 h 53 min #

    Renée, vous pourriez aussi essayer d’exiger de votre fils qu’il reste à la table au moins 10 minutes avec vous. Dites-lui que vous voulez l’entendre raconter sa journée, que vous avez aussi votre histoire à raconter, et qu’il pourra aller jouer ensuite. Sans le forcer à manger, s’il reste à la table 10 minutes, il y a de fortes chances pour qu’il avale quelques bouchées. Il aura peut-être hâte d’aller jouer au début, mais il découvrira que le repas en famille est un moment agréable, même pour un petit garçon!

  19. Joëlle 22 septembre 2010 à 2 h 32 min #

    En écoutant les nouvelles tout à l’heure, je pensais encore à ce sujet… on parlait de la crise alimentaire qui se passe actuellement au Niger: des enfants de moins de 2 ans souffrent réellement de la faim. On dirait qu’ici, on a peur d’avoir faim et de ses conséquences. Réelle ou fausse, cette peur? Pourquoi certains, dont l’éducatrice en question, ressenttent la nécéssité de forcer des enfants à manger devant cette abondance qui les entoure?

  20. Véronique Simard 22 septembre 2010 à 13 h 02 min #

    J’étais aussi fâchée que vous en lisant votre commentaire.
    DU GROS BON SENS ! c’est pas compliqué me semble !
    GRRRRR…

  21. Julie 22 septembre 2010 à 14 h 48 min #

    Pour être une éducatrice en milieu scolaire, c’est très difficile de gérer le moment du dîner. Entre ceux qui ne mange pas parce qu’il n’aime pas ca, ceux qui ne mange pas parce qu’il ont le coeur gros, ceux qui ne mange pas par caprice… et ceux qui écoute leur faim… oui je suis daccord qu’on ne force pas un enfant a manger mais ce ne sont pas les enfants qu’il faut éduquer en ce sens mais les parents. Il faut malheureusement en arriver a une norme pour satisfaire tous les parents.
    Bref, ma réponse sera très plate mais il faut travailler dans le milieu pour savoir a quel point cette gestion est laborieuse!!!!!

  22. Stephanie Cote 22 septembre 2010 à 14 h 59 min #

    Merci Julie de votre commentaire. Je vous crois aisément quand vous dites que la gestion est laborieuse et que les solutions parfaites sont difficiles à appliquer. Il y a trop de longueurs d’ondes!Informer et éduquer les parents et les autres adultes entourant les enfants, c’est tellement important…

  23. Philippe 23 septembre 2010 à 15 h 03 min #

    Merci Stéphanie,
    Ton texte et tes commentaires m’ont fait beaucoup réfléchir sur l’importance des comportements alimentaires.
    J’adore te lire!

  24. Joëlle 24 septembre 2010 à 1 h 33 min #

    Questions aux professeures/éducatrices: aujourd’hui, justement, ma fille s’est fait intercepté par le prof de surveillance afin de vérifier l’emballage de sa barre granola. Elle a lu l’emballage et dit: il y a du chocolat là-dedans! pas le droit de chocolat à l’école. » Je trouve ça étrange, de un, me semble que c’est pas tant le chocolat qui dérange, mais le sucre, non? C’était des barres Nature’s Path, 11g de sucre par barre, ça me semblait un bon dépanneur lorsque je n’ai pas le temps de les faire maison. De toute façon, les professeurs/éducateurs sont-il en mesure d’intervenir dans ce domaine, leur a-t-on donné un cours de diététique dans leur programme d’enseignement? Et de deux, est-ce écrit dans leur description de tâche de nourrir les enfants ou de veiller à ce qu’ils soient nourris?

    J’ai l’impression qu’on empiette sur mon terrain de parent…

  25. Stephanie Cote 24 septembre 2010 à 2 h 23 min #

    @Joëlle. J’imagine que c’est pour bien faire. Mais il y a effectivement des nuances à saisir et à appliquer quand on parle d’alimentation. Vous témoignez d’un bon exemple…

  26. SoniaG 24 septembre 2010 à 8 h 32 min #

    J’ai eu de la misère pendant un moment avec les repas de ma fille. Voici ce qui se passait.

    On lui sert une portion régulière, elle mange à peine affirmant qu’elle n’a plus faim. On coupe sa portion dans son assiette en lui disant d’au moins manger cette portion réduite, ce qu’elle fait. On lui offre un petit dessert, elle le mange sans problèmes et… elle dit qu’elle a encore faim. Solution: on lui remet son assiette. Et elle la termine.

    Elle n’a pas fait ça longtemps… Je suppose qu’elle a compris que les brocolis, ça goûtait drôle après avoir mangé du yogourt…

  27. Laila 24 septembre 2010 à 13 h 02 min #

    Bonjour Stéphanie,

    J’imagine la scène hihihi. Je crois que je pourrais même en faire un album très rigolo.

    L’éducation et l’éveil du goût est tellement difficile chez les adultes. C’est exactement pour cette raison que j’ai décidé de le faire avec les enfants dès 3 ans. Ce sont nos adultes de demain : )

  28. Louise Leduc 25 septembre 2010 à 15 h 38 min #

    Je suis d’accord avec cette maman de ne pas forcer l’enfant a manger
    mais il faut s’entendre qu’après ce refus de manger tout ce qu’il y a dans son assiette on ne doit pas lui donner autre chose en compensation un peu plutard il faut que l’enfant puisse attendre
    la collation.

  29. Mylène 26 septembre 2010 à 1 h 15 min #

    Quel beau sujet! À 8 mois et demi, ma fille pesait tout juste 15 livres. Elle aimait peu les céréales et les purées, détestait la viande, refusait de manger 2 repas sur 3. Le pédiatre, à mon grand étonnement, m’a dit de la forcer et m’a conseillé d’aller rencontrer la nutritionniste du CLSC. J’étais furieuse: moi, je ne savais pas comment nourrir mon enfant!? Moi, qui avait religieusement lu les Mieux vivre, Louise Lambert-Lagacé et éditions du CHU Ste-Justine, j’avais entre les mains un billet pour une consultation chez la nutritionniste!

    Il était hors de question que j’oblige mon bébé à avaler de la nourriture. Heureusement, la nutritionniste s’est faite très rassurante: mon petit bébé allaité ne faisait pas exception. Elle a souligné la génétique de mon bébé (petite maman, petit bébé… les chats ne font pas des chiens!) Elle m’a encouragé à offrir davantage d’aliments en morceaux puisqu’il semblait que mon bébé les préférait aux purées. Les yogourt à 10% de matières grasses, le pain beurré et les viandes plus grasses peuvent aussi faire partie de son menu. Depuis, ma puce mange mieux, ou plutôt davantage : elle aime la viande hachée, les cubes de légumes de toutes les couleurs, le yogourt, le pain grillé… Parfois, elle n’a pas faim et c’est tant pis! Son appétit revient toujours le lendemain ou le repas suivant. Elle déborde d’énergie, se développe merveilleusement bien et c’est parfait ainsi.

    Une lecture intéressante, rassurante: « Mon bébé ne mange pas » du pédiatre espagnol Carlos Gonzalez, publié par la Ligue La Leche.

  30. Anonymous 26 septembre 2010 à 21 h 38 min #

    Heureusement mon garçon de 19 mois mange très bien. Il souvent demande encore et encore (soit la soupe aux legumes ou le dessert. On ne force pas un enfant à manger mais je me demande quand on doit dire non?

  31. celine 27 septembre 2010 à 13 h 24 min #

    je suis entierement d’accord avec vous ma grande

  32. david 6 octobre 2010 à 19 h 39 min #

    mon fils va avoir 5 ans et ne veut plus rien manger a table!avant on lui fesait un repas special pour lui avec des choses qu’il aimait et qu’il mangeait mais depuis peu,meme ces choses qu’il aimait,il ne veut plus les manger!les « bagarres » a table pour qu’il mange deviennent vraiment insuportable et ne servent a rien!il accepte seulement le petit dejeuner et le gouter de 4 heures!l’annee derniere,on a payer un an de cantine scolaire pour rien!a la naissance,il fesait 4 kg et maintenant,il est physiquement « maigre »!le medecin nous a toujours dit qu’il mangera quand il aura fain(ce n’est jamais le cas)et que sa courbe est normal!il est agiter mais souvent fatigué!je me dit que la fatigue peut venir de ca!on ne sait vraiment plus quoi faire!!!merci a celui qui saura me repondre et me rassurer!

  33. Stephanie Cote 10 octobre 2010 à 0 h 14 min #

    Cher David,

    je crois qu’il y aurait peut-être lieu de rencontrer une nutritionniste pour évaluer objectivement et avec plus de précisions l’alimentation de votre fils. C’est certain que les bagarres qui entourent le repas n’aident pas la situation. Je comprends votre inquiétude, mais je vous conseille de diminuer l’attention que vous portez au fait que votre enfant mange aux repas. Il ressent probablement une pression ou encore, il aime peut-être (inconsciemment) susciter autant l’intérêt. Aussi, vous dites qu’il mange un goûter à 4h. Selon ce qu’il mange, est-il possible que son petit appétit soit comblé par ce goûter? Il y a plusieurs pistes à explorer et une nutritionniste vous aiderait assurément. Si cette option vous intéresse, vous pouvez consulter le site de l’ordre des diététistes du Québec pour en trouver une dans votre ville (www.opdq.org). Ou si vous habitez à Montréal, je vous recommande la clinique de nutrition NUTRIUM (www.nutrium.org).

    Bonne chance.

  34. nanou87 5 janvier 2013 à 15 h 05 min #

    Merci beaucoup pour votre article !
    Enfant, on m’a tantôt forcé à finir mon assiette, tantôt mise au régime (à partir de 6 ans) car trop « potelée »…
    Aujourd’hui enceinte, je suis complètement déconnectée avec ma faim, je mange par stress et souffre de troubles du comportement alimentaire (boulimie…)
    Bref même si mon exemple est extrême, je pense comme vous : les enfants savent quand ils ont faim, et ont un vrai contact avec leur corps ! Laissons les garder leurs sensations !