Survivre au 5 à 7 familial

Survivre au 5 à 7 familial
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
12 octobre 2017
Ce moment qui s’étend du retour de la garderie ou de l’école et le dodo de la marmaille est souvent un tourbillon intense. Comment mieux le vivre?

Cette atmosphère vous dit quelque chose? Des souliers qui traînent dans l’entrée, les sacs d’école ouverts un peu plus loin, deux enfants qui disent « J’ai faim! On mange quoi pour souper? », un des deux qui me montre une feuille du service de garde de l’école à signer pendant que je mets la table… C’est le fameux « 5 à 7 » familial!

On le vit tous, qu’on soit au travail à temps plein, à temps partiel ou encore à la maison. Ce moment qui s’étend du retour à la maison jusqu’au dodo de la marmaille est souvent un tourbillon intense. Et c’est la plupart du temps épuisé qu’on en sort une fois les enfants couchés.

Alors qu’on se promettait de plonger avec bonheur dans un roman, de se coller amoureusement contre notre conjoint ou de regarder un épisode de notre série préférée, on se retrouve finalement avec seulement la dose d’énergie nécessaire pour marcher jusqu’à notre lit et de dormir jusqu’au lendemain!

Comment alléger cette période de la journée? Comment mieux la vivre?

J’ai essayé quelques stratégies. Voici celles que j’ai adoptées et qui m’ont aidée :

  • Faciliter l’arrivée à la maison. Si l’espace le permet, bien aménager l’entrée (des crochets à la hauteur des enfants, des tablettes ou des bacs pour y ranger sacs et manteaux). Aussi, avoir des crudités déjà coupées pour les petites fringales avant le souper.
  • Un petit dix minutes de temps avec mes enfants, en mangeant les crudités, pour partager un brin sur la journée et « recharger nos batteries affectives » (j’ai souvent dit que si ces 10 minutes d’attention exclusive me sauvaient 20 ou 30 minutes de pleurs pendant la préparation du souper, c’était très rentable!).
  • Ma musique préférée dans la cuisine, pour préparer le souper dans le plaisir.
  • Une plus grande souplesse dans mes exigences lors de la période des devoirs. Fiston, par exemple, a toujours aimé faire ses devoirs à plat ventre sur le plancher du salon et c’est correct qu’il les fasse ainsi!
  • Des petites responsabilités assumées par mes enfants, adaptées à leur âge : mettre ou desservir la table, remplir le lave-vaisselle, préparer les vêtements du lendemain, etc.
  • Un grand panier en osier dans le corridor pour y déposer « tout ce qui traîne sur mon chemin dans la soirée », question de garder la maison dans un état acceptable (je faisais ensuite un petit blitz de rangement après la routine bain-dodo des enfants).
  • Et depuis, qu’ils sont un peu plus vieux et se couchent plus tard, une petite marche en famille après le souper.

Bref, ces idées très simples m’ont donné un coup de pouce afin que ce moment chargé de la journée ne gâche pas le bonheur de se retrouver après nos journées d’école et de travail. Car si on ne peut pas changer tout ce qu’il y a pendant ce « 5 à 7 familial » fort occupé, on peut très bien choisir l’état d’esprit dans lequel on le vit!

De votre côté, comment se vivent ces heures de fins de journée? Avez-vous trouvé des trucs pour mieux les vivre?

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (25)

  1. Soso 12 octobre 2017 à 19 h 57 min
    Ouf! Juste le titre me donne un coup de fatigue! Mais chez-moi c'est davantage survivre de 15h30 à 19h30, si ce n'est pas plus tard (la soif et la suite de celle-ci arrivent toujours après mon départ de la chambre, étonnamment...). Bref je suis maman à temps plein avec un enfant d'âge scolaire et un tout-petit et c'est vraiment du sport! Parfois mon conjoint me dit: mets le grand au service de garde et le petit à la garderie et va travailler, tu auras plus d'énergie ! Je le crois. C'est tellement exigeant cette vie mais elle me convient. Je serais trop malheureuse loin de mes enfants. Mais ce marathon des soirs d'école, personne ne peut le comprendre outre des parents! Dire qu'avant d'avoir des trésors, lorsque je revenais du bureau, je croyais être fatiguée! Mais même une fois les enfants couchés, j'ai la vaisselle qui m'attend, le lunch du grand, les vêtements à préparer pour le lendemain et une brassée à ranger. Alors oui, moi aussi le soir je me force à me doucher en 5 minutes et je tombe dans mon lit comme une morte-vivante!!! Heureusement que certains trucs que j'ai développés m'ont aidée: laver les enfants avant le souper, laisser le grand faire sa lecture tout seul la semaine et faire les devoirs la fin de semaine en un seul bloc, et surtout me garder un peu de temps en soirée pour sauver ma santé mentale! Ah et aussi aller les voir dormir avant de me coucher, cela me remplit de bonheur et d'énergie. Mais surtout il faut se dire qu'ils finiront bien par grandir un jour...
  2. Solène Bourque 12 octobre 2017 à 21 h 33 min
    Bonsoir Soso! En effet, si, pour le titre, j'aimais bien parler du "5 à 7 familial" en comparaison avecv les "5 à 7" plus festifs de nos vies de célibataire, dans la majorité des cas, cette période s'étend sur plus de 2 heures. Soit du retour de l'école au dodo. Dans notre cas, mes enfants ont toujours été des couche-tard alors ça s'étiiiiiiirait souvent jusque vers 20h30 quand ils étaient petits. Et oui, une fois les enfants couchés, il reste toute la préparation pour le lendemain et le ménage, pliage, et cie! Alors c'est une super idée que vous vous accordiez un petit moment pour vous en soirée! C'est tellement important de garder contact avec ce qu'On aime pour préserver notre santé mentale en effet! Merci de votre partage!
  3. Josie 12 octobre 2017 à 20 h 34 min
    Nous sommes une famille de 5 enfants donc le 15h 30 à 20h 30 serait plus approprié dans mon cas. J avoue que la charge de travail et le bruit est intense en fin de journée. Je suis tellement sollicitée que je ne sais pas toujours par où commencer ! ! Je me suis fait un horaire pour que tout le monde ait son moment et j ai aussi reparti certaines tâches entre les enfants. Ça évite de les retrouver toute la soirée sur internet ou à regarder la télévision. Ya des soirées Où ça se passe à merveille et d autres ou c est une corvée pénible sans fin. Quand le calme revient après le dodo c est un beau moment où je repense à ma journée et je me dis que j ai de la chance d avoir une belle famille comme ça ! !
  4. Solène Bourque 12 octobre 2017 à 21 h 36 min
    Oh wow! 5 enfants, en effet, ça doit faire des soirées bien occupées. Mais oui, ça fait aussi une maison pleine de vie et vous avez de la chance! Merci de partage votre quotidien. C'est vrai qu'avec un horaire bien organisé, il est plus facile pour les enfants comme les parents de bien vivre cette période plus intense de la journée, qui oui, dans la plupart des cas, s'étire sur bien davantage qu'un simple "5 à 7"!
  5. Annie 13 octobre 2017 à 07 h 16 min
    Oh wow! Toutes d’excellentes idées, je vais ajouter des cordes à mon arc! Et à cela j’ajoute : savoir dès l’après-midi ce qu’on va manger pour souper. Parce qu’essayer de trouver une bonne idée quand je suis déjà affamée, ça finit trop souvent en toasts et oeufs ou crèpes aux fruits... Le top du top c’est quand le souper est dans la mijoteuse depuis quelques heures, là je me sens comme une wonder-mama! 😄
  6. Solène Bourque 13 octobre 2017 à 09 h 31 min
    Merci pour votre commentaire, Annie! Et oh ouiiiii, votre stratégie est excellente! Y'a rien de pire que d'arriver à la maison sans savoir ce qu'on va faire pour le souper. Et la mijoteuse est une très bonne alliée ici aussi. Je cours un peu plus le matin, mais gros soupir de soulagement et de bonheur en entrant à la maison avec un souper tout prêt!
  7. Cath 22 octobre 2017 à 22 h 12 min
    Bonjour! De notre côté c’est le 17:30 -20:00 Un truc qui m’aide beaucoup: Un samedi sur deux j’investis 3 heures de préparation de souper dans des sac à congeler ( mijoteuse) Aussi d’autres repas du congélateur à l’assiette etc On a toujours le souper prêt.. sauf les vendredis et samedi où on choisi en famille ce que l’on mange. Merci pour vos trucs tous le monde! Cath!
  8. Céline 13 octobre 2017 à 19 h 40 min
    Bonjour, je suis retournée au travail après 2 ans d'absence et 3 petits amours entre 18 mois et 5 ans et la stratégie que j'ai trouvée qui me sauve énormément la vie est de faire 20 repas en une fin de semaine et les congeler par la suite. C'est intense durant la fin de semaine de popotte, mais j'ai la paix pour un petit bout de temps. J'ai donc beaucoup moins de vaisselle à faire durant les fameux 5 à 7 et l'épicerie hebdomadaire est moins longue. Ça fait deux mois que je fais ça et je compte faire ça un bon bout de temps, car j'ai plus de temps les soirs de semaine pour mes petits loups.
  9. Annie 14 octobre 2017 à 09 h 27 min
    Ici aussi je cuisine plusieurs plats à l'avance que je congèle. Avez-vous déjà pensé de vous inscrire dans des cuisines collectives de votre Ville? Moi, je cuisine une fois par mois en groupe avec des mamans du quartier pendant que nos enfants jouent ensembles dans le local à côté (il y a une garderie). C'est une journée intense, mais ultra profitable pour les 5 à 8 la semaine.
  10. Solène Bourque 14 octobre 2017 à 14 h 43 min
    Bonjour Annie, Les cuisines communautaires sont de belles activités effectivement! Et un truc qui joint l'utile à l'agréable pour faciliter la préparation des repas. Merci du partage!
  11. Solène Bourque 14 octobre 2017 à 14 h 41 min
    Bonjour Céline, Je suis aussi une adepte de journées de "blitz" de bouffe. Mais 20 repas en une fin de semaine, wow! Vous m'impressionnez! Ça doit demander beaucoup d'organisation, mais par la suite, ça vous sauve énormément de temps en effet en cuisine, ramassage et vaisselle. Merci pour cette belle stratégie partagée!
  12. Nadia 14 octobre 2017 à 18 h 03 min
    Bravo ! Je vous tire chapeau !! Pouvez vous nous donné des idèes de repas a congelé. J'aimerais le faire, mais je ne sais pas par ou commencé. Merci
  13. Annie 14 octobre 2017 à 19 h 48 min
    Voici mes propositions (déjà fait en cuisine collective) : pâtés chinois, lasagne, cannellonis, bœuf bourguignon, stroganoff, pâtés saumon, poulet ou viandes, croquettes de poulet ou poisson, sauce pour pâtes (tomates, à la viande, ...), poulet général tao, les sacs à Mijoteuse (plusieurs recettes sur le net), soupes et potage, et plusieurs autres....
  14. Solène Bourque 14 octobre 2017 à 22 h 18 min
    Merci Annie de vos idées repas à congeler. Je n'ai pas encore essayé les sacs mijoteuse mais a semble simple et facilitant!
  15. Valérie 14 octobre 2017 à 20 h 30 min
    J'aime bien ces trucs, j'en utilise déjà quelques uns d'ailleurs! Chez moi j'ai un pan de mur peint en peinture ardoise. Le samedi matin je le lave et tout le monde y va de ses idées pour les repas de la semaine. Ca se remplit généralement assez vite. Le dimanche je prépare un certain nombre de trucs d'avance. Aussi, je rentre toujours du travail directement à la maison et mon chum passe prendre les enfants à l'école et à la garderie. Donc pendant qu'il fait ça, je lance le souper, une brassée de lavage, je commence à préparer les lunches du lendemain et des fois j'ai le temps de plier une brassée! Cette demi heure que je passe seule à la maison m'aère le cerveau en plus de me permettre d'être super productive. Malgré que rien ne bat le retour du boulot en vélo pour remettre le cerveau à neuf!
  16. Solène Bourque 14 octobre 2017 à 22 h 21 min
    Bonsoir Valérie, Une super organisation en équipe, c'est tellement génial! Avec votre tableau d'idées et avec les retours partagés - vous à la maison, votre conjoint école et garderie. Et oui, vous avez raison, le retour en vélo doit faire une grande différence aussi! Bravo pour ces stratégies qui semblent être gagnantes chez vous.
  17. Shareen 14 octobre 2017 à 21 h 04 min
    De mon côté aussi je dirais qu'il n'y a pas si longtemps, ces moments-là je les apréhendais beaucoup! Maman de 4 enfants, je me suis décidé un jour a tout changer pour préserver ma santé mentale 😂 Mes trucs: 1- l'aide aux devoirs de l'école aux heures même du service de garde! Un vrai coup de pouce, sous la supervision d'enseignants qui peuvent répondre aux questions sur le champ! Bien sur, il reste l'étude et 2 ou 3 devoirs à terminé pendant la semaine mais la partie qui est faite est classée 😄 2- la MIJOTEUSE!!!!! Ohhh ouii! Je stressais toute la journée pour arriver a concocté de bons petits plats pour ma famille au retour d'une dure journée et mon humeur s'en ressentait...sans compter le temps d' arrêt a l'épicerie qui me bouffait 30 minutes dun temps précieux!! Maintenant, le dimanche je fait 4 soupers différents et santé, que je congèle dans des ziploc identifiés et que je mets a cuire le matin. Une merveilleuse odeur nous attend a notre retour et je me "sauve" de toute la galère-vaisselle-préparation durant la soirée. Je peux mieux me concentrer a passer de bons moments avec mes enfants et je suis toute disposée pour les aider lors des devoirs!! 3- Changer les devoirs en moments de jeux! Oui oui c'est possible 😄 on fait les mots de vocabulaire sur un tableau effaçable a sec, on utilise des blocs pour les maths, on change le "par coeur" en comptines, on écrit avec des crayons odorants...bref, laissez aller votre imagination! Bonne chance 😊
  18. Solène Bourque 14 octobre 2017 à 22 h 23 min
    Bonjour Shareen, Merci de nous avoir partagé vos trucs. Ils sont tous excellents! Je vais d'ailleurs aborder dans mon prochain billet des idées pour rendre les devoirs et leçons plus dynamiques et intéressants pour tous!
  19. Béatrice 14 octobre 2017 à 22 h 07 min
    Je trouve cela difficile moi, les soirées, car je suis souvent seule à la maison en raison de l'horaire atypique de mon conjoint 🙁 Comble de malheur, j'ai des enfants turbulents 🙁🙁 Et pas de chance, je n'ai pas de cours arrière pour les envoyer jouer durant la préparation du souper 🙁🙁🙁 Alors je tente de couper les légumes à travers des courses et autres jeux bruyants (quel euphémisme !), de ne pas trop cuire le riz s'il y a un crise, sans compter les devoirs et les bains à superviser le tout dans une ambiance et une cuisine chaotiques. Parfois je me dis que j'aurais peut-être aimé ça vivre dans un pays où le mariage bigame existe ! Une autre personne avec moi en tout temps avec les rejetons ne serait pas de refus!!
  20. Solène Bourque 15 octobre 2017 à 13 h 34 min
    Bonjour Béatrice, Merci de nous avoir partagé ce quotidien moins facile. Oui, c'est vrai que la réalité familiale de parents où il y a des horaires de travail atypiques complexifie cette période déjà intense de la journée et je vous comprends de rêver avoir de l'aide. Selon l'âge de vos enfant, peut-être préparer des bacs de jeux pour qu'ils soient un peu plus autonomes durant cette période de la journée ou encore de les impliquer dans la préparation du repas peuvent être de bonnes stratégies? Sinon, un petit 15 minutes de "défoulage musique et danse" en famille avant de commencer le souper et tout le reste les aidera peut-être à libérer un peu de cette énergie?
  21. Caroline 20 octobre 2017 à 09 h 13 min
    Bonjour, je suis aussi seule le soir avec 3 petits. Ma stratégie c'est que j'ai toujours un repas d'avance : les enfants mangent le repas de la veille que j'avais préparé pour mon mari et moi (nous dînons après eux)... pendant leur dîner. Je n'ai pas le courage de certaines qui préparent 10 ou 20 repas d'un coup, mais me permets de juste réchauffer en rentrant, et je suis quand même avec eux pendant qu'il mangent puisque je cuisine.
  22. Julie 15 octobre 2017 à 08 h 44 min
    De mon côté tous les repas sont préparés la fin de semaine en plus grandes quantités, de sorte que rendu au lundi pas mal tous les repas sont fait pour la semaine. Quand les devoirs sont fait le souper peut être servi dans les 10 minutes suivantes. Douche, quelques minutes à câliner et à jouer ensemble avec le lapin ou jouer à un jeu ou encore lire ensemble et au lit. Certains soir je choisis mes batailles si ma fille est plus fatiguée et nous finissons la journée dans la bonheur humeur.
  23. Solène Bourque 15 octobre 2017 à 13 h 38 min
    Bonjour Julie, De belles stratégies partagées, merci! J'aime bien le "on choisit ses batailles". En effet, il est difficile de demander à un enfant de respecter toutes les règles, de suivre une routine sans rechigner, de collaborer en tout temps. Alors tant que cette période se vit dans le respect mutuel, on lâche prise sur les petites choses moins importantes.
  24. Amel 15 octobre 2017 à 13 h 13 min
    De mon côté j ai un garçon de 18 ans, un petit de 2ans et 9 mois et une fille de 4 mois. Le premier est à l école mais quand il a le temps il m aide un peu avec ses frères, mon petit est un peu turbulent et jaloux de sa soeur ce qui me rajoute du travail. Donc j essaye de faire mes tâches à la maison quand il est à la garderie, d abord en ecrivant dans un tableau les choses plus importantes à faire dans la journée, ça m aide a me concentrer sur des choses spécifiques par example, aspirer, passer la serpillère, laver les toilettes, laver la vaisselle, faire une machine et plier les vetements, en reussissant quelques taches par jour je me sent gagnante et c est bien pour le morale. Aussi j entame mon soupé tôt pour ne pas avoir à batailler avec le petit qui me vole les legumes. À tout ça on ajoute le temps que je doit consacrer à la petite. En faisant tout ça et des que tout le monde arrive à la maison à partir de 5h il y a plus de temps pour jouer un peu avec les enfants, manger, faire la vaissele, faire le bain puis dodo sans trop de pression et avec l aide de mon conjoint. Sinon on rêve du moment d aller au lit et puis le lendemain rebelote! Mais même si c'est fatigant, m'occuper de ma famille est mon plus gand bonheur. En tout cas c'est bon de savoir qu'on est beaucoup à être dans la même longueur d onde.
  25. Solène Bourque 15 octobre 2017 à 13 h 40 min
    Merci Amel! Effectivement, c'est rassurant de constater que nous sommes plusieurs parents à trouver cette période de la journée très intense et demandante, même avec une vie de famille très heureuse!