Pas facile la rentrée après les vacances

Pas facile la rentrée après les vacances
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
24 août 2017
« J’ai toujours aimé l’école. Cela n’empêche pas que j’ai le souvenir d’avoir essayé de rester auprès de ma mère un certain matin… » Anecdote de Josée Bournival.

J’ai toujours aimé l’école. D’aussi loin que je me souvienne, le moment de la rentrée était positif pour moi. J’aimais remplir mon sac d’école avec mes nouveaux livres. J’avais hâte de connaître mon professeur, de retrouver les amis, d’apprendre de nouvelles choses.

Cela n’empêche pas que j’ai le souvenir d’avoir essayé de rester auprès de ma mère un certain matin…

Je n’étais pas malade, j’allais même très bien. Mais ce fameux matin, je n’avais tout simplement pas envie de prendre le chemin de l’école. Je me rappelle avoir joué la comédie à la mère, prétextant que je ne me sentais pas bien, que j’avais mal au cœur et à la tête.

- On va prendre ta température, m’a-t-elle proposé.

Je savais bien que sans fièvre, ma mère m’enverrait en classe. L’éducation a toujours été une valeur familiale et il fallait une raison sérieuse pour s’absenter de l’école.

À l’époque, il n’y avait pas de thermomètres électroniques qui prennent la température en 3 secondes. Nous avions un bon vieux thermomètre en verre avec du mercure à l’intérieur. Il fallait le placer sous la langue une bonne minute pour obtenir la température. Ma mère ne restait jamais à côté de moi tout ce temps. J’ai donc eu la « brillante » idée de prendre un verre d’eau très chaude et d’y tremper le thermomètre en cachette. Puis, lorsque j’ai entendu le bruit de ses pas qui revenaient vers ma chambre, j’ai glissé le thermomètre dans ma bouche. Ni vue ni connue!

En faisant la lecture de ma température, ma mère a froncé les sourcils. J’imagine que le résultat était si anormalement élevé qu’elle s’est doutée que j’avais triché. Elle ne m’a pas grondée. Elle n’a pas cherché à savoir ce que j’avais fait. Elle m’a simplement dit que j’étais en pleine forme et je suis allée à l’école ce jour-là.

Si je vous raconte cette anecdote, c’est que la rentrée arrive à grands pas. Les enfants ont passé l’été à la maison. Clémentine a hâte de retrouver ses amies, mais Simone redoute le retour à l’école. Même Blanche commence à nous dire qu’elle ne souhaite pas retourner à la garderie et qu’elle veut rester à la maison avec maman.

J’ai toujours un pincement au cœur en entendant ce genre de commentaire. Une partie de moi comprend que la maison et les parents sont un univers sécurisant où il fait bon se retrouver et être aimé. Mais j’aimerais tellement que mes enfants partagent cet amour de l’école que j’ai connu lorsque j’étais petite.

Et vous? Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous à quelques jours de la rentrée? Est-ce que vos enfants envisagent le début de l’année scolaire ou l’entrée à la garderie de façon positive ou négative?

 

Photo : GettyImages/Ismailciydem

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 petites filles et d’un bébé garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (10)

  1. Pigjoy 25 août 2017 à 09 h 39 min
    Bonjour Josée! Je ne suis pas dans cette situation en ce moment mais l'école a beaucoup changée depuis notre époque: N'ayant pas à envoyer mon fils à la garderie, j'ai pu au moins sauver quelques années à la maison... Le fait de venir dîner à la maison tout le primaire coupe la journée en deux et c'est moins pénible de retourner à l'école dans ces conditions. Bon courage à toi et à tes filles! (Tu ne parles pas de Léonard dans ce billet: reste-t-il avec toi cette année?)
  2. Josée Bournival 26 août 2017 à 08 h 19 min
    Bonjour Pigjoy. Léonard retourne également à la garderie. ;-( Je n'en ai pas fait mention simplement parce qu'il n'est pas en mesure de verbaliser son état d'esprit face à "sa rentrée". Cela dit, mon conjoint et moi observons depuis une semaine qu'il est très "colleux", a un sommeil plus agité et demande beaucoup à être pris. Je pense qu'il sent l'excitation et/ou la fébrilité des filles et la nôtre. Il doit sentir que le changement approche... Josée XX
  3. PigJoy 26 août 2017 à 09 h 39 min
    Effectivement Josée, j'ai vécu une séparation (pas de mes parents) mais pour se mettre à la place des enfants, imagine que tes parents se séparent aujourd'hui: Même adulte, je suis certaine que tu n'aimerais pas cette situation. Imagine-toi enfant maintenant... Pour essayer de comprendre mon fils, j'imagine parfois que mes parents sont séparés et je suis désemparée alors j'ose à peine imaginer ce que mon fils ressent depuis 20 ans...
  4. Geneviève 25 août 2017 à 23 h 32 min
    Chez moi, elles ont hâte de reprendre une routine sécurisante parce que nous nous sommes séparés au début de l'été.... Ça a été un mauvais été pour elles..... Ça me console de savoir qu'elles vont pouvoir voir leurs amies et penser à autre chose que la chicane et la peine.....
  5. PigJoy 26 août 2017 à 08 h 12 min
    Bonjour Geneviève! Je t'envoie des ondes positive afin que tu prennes le temps de te reconstruire (eh oui, ça prends du temps). Bon courage!
  6. Josée Bournival 26 août 2017 à 08 h 26 min
    Merci, Pigjoy, d'ajouter votre grain de sel. Je n'ai pas vécu une séparation du genre, je suis donc mal placée pour en parler. Le blogue se veut un lieu d'échange et j'apprécie toujours que les mamans qui le fréquentent se soutiennent les unes, les autres. Josée XX
  7. Josée Bournival 26 août 2017 à 08 h 23 min
    Bonjour Geneviève. Je suis désolée de lire que votre été a été douloureux. Est-ce que les choses commencent à se placer pour vous et les enfants? À vous lire, on dirait que la séparation a été difficile et houleuse. J'espère sincèrement que le pire est derrière vous. Effectivement, le retour à l'école pourrait être bénéfique pour vos filles. Tant mieux. Je vous souhaite une belle rentrée! Josée XXX
  8. Josianne 28 août 2017 à 06 h 00 min
    Moi j'avais hâte de rentrer à l'école parce que ça Sonnait toujours comme un renouveau pour moi. Par contre ce qui me fraînait c'était de me retrouver parmi une foule d'inconnus et la peur de ne pas être assez cool ou simplement de me retrouver seule dans mon coin. J'avais de la misère à tisser par moi -même des liens avec les autres enfants et je crois que des fois les parents sous-estime l'impact de l'aspect social de la vie scolaire. Meme si l'enfant ne se fait pas intimider il peut ressentir une certaine pression et ce n'est pas tous qui savent la gérer.
  9. Nadia 28 août 2017 à 11 h 49 min
    Bonjour, ici il n'y a pas de différence puisque nous faisons l'école à la maison ;) mais mon garçon sait que ses amis qui vont à l'école seront moins disponibles.
  10. Mélissa 28 août 2017 à 13 h 09 min
    Ma grande de 9 ans a hâte que l'école recommence. C'est qu'elle ne voit pas beaucoup ses amies pendant les vacances parce que bien que je sois à la maison, ses amies se font gardé pour la plus part. Elle ne vit pas la même réalité que les autres. Ma deuxième n'a pas arrêté la garderie cette été sauf pour les 2 semaines de vacances de mon conjoint parce qu'elle y va juste 2 jours semaine. Moi par contre, j'ai hâte qu'une certaine routine s’installe même si ça veut dire me lever plus tôt. J'ai eu un été très dur pour le morale entre la maladie de ma mère (qui mener à son décès à seulement 62 ans) et ma fille qui commence à forger son caractère d'ados... Un peut de paix, de tranquillité et même de solitude va juste me faire du bien.