Combien d'enfants? Être à l’aise avec son choix

Combien d'enfants? Être à l’aise avec son choix
27 juillet 2017
Combien d’enfants allez-vous avoir? Voilà une des questions qu’on m’a souvent posées quand j’ai annoncé ma première grossesse.

par Angélique Bernard

Combien d’enfants allez-vous avoir? Voilà une des questions qu’on m’a souvent posées quand j’ai annoncé ma première grossesse.

Et ma réponse a toujours été : « Nous allons commencer par un! » Plus jeune, je ne me suis jamais dit : « À tel âge, je vais avoir (nombre) enfants. » C’était plutôt : « Si j’ai des enfants. » Je ne me suis jamais mis de pression sur ce point-là.

J’ai rencontré Dave à Whitehorse à l’âge de 22 ans. Un jour, nous avons parlé d’avoir des enfants, mais encore là, nous n’avons jamais mis de date « d’expiration ».

Nous avons travaillé, lancé nos entreprises et voyagé. Le sujet des enfants revenait de temps en temps, mais Dave disait toujours que la décision définitive me revenait. Il y a quelques années, il m’a avoué qu’il n’a pas mis trop de pression, car il était certain que nous aurions des enfants!

Lors de mes réflexions, je me donnais jusqu’à l’âge de 35 ans pour prendre une décision. Je dois avouer ne jamais avoir vraiment cru en la puissance de l’horloge biologique. Eh bien, cette horloge m’a fait ravaler mes préconceptions! À l’été 2007, à l’aube de mes 35 ans, une petite pression intérieure s’est fait sentir. La décision fut prise et il est vrai qu’il me semblait que toutes mes connaissances étaient soit enceintes, soit parents.

Encore une fois, nous ne nous sommes pas mis de pression et nous nous disions « si cela doit arriver, cela arrivera ». Sébastien est né en 2009. Après quelques réflexions, nous avons décidé d’avoir un deuxième enfant et Samuel est né en 2011.

La décision de nous arrêter là s’est prise en peu de temps.

Nous étions tous les deux sur la même longueur d’onde sur le fait que nous étions comblés avec nos deux garçons et que notre famille était complète. Mes grossesses et mes accouchements se sont très bien passés, donc le côté médical n’a pas joué dans la décision.

Lorsque nous avons dit à certaines personnes que nous allions nous en tenir à deux enfants, voici certaines des questions qu’on nous a posées : « Vous n’allez pas essayer d’avoir une fille? »; « Est-ce que vous sentez qu’il vous manque quelque chose? »; « N’êtes-vous pas triste de ne pas avoir la famille parfaite (sous-entendu : un garçon et une fille)? »

Comme je sais que les gens voulaient être bien attentionnés et parlaient parfois sans trop réfléchir à la façon dont leurs propos allaient être reçus, je ne m’attardais pas trop à ces commentaires. Je répondais à tout ce monde que nous avions bien réfléchi, que nous étions tous les deux à l’aise et en paix avec notre choix et que nous assumions totalement notre décision.

Nous n’avons jamais regretté d’avoir arrêté après deux enfants. Nous sommes heureux et très fiers de notre famille parfaite à nos yeux.

 

Ce texte a été originalement publié dans le magazine  Le nombril, numéro 13, Printemps 2016.

 

Photo : GettyImages/Pekic

Commentaires (9)

  1. MB 7 août 2017 à 09 h 14 min
    Nous sommes encore en réflexion pour savoir si nous voulons un 3e ou pas. Pour une fois, nous sommes en désaccord pour une décision comme celle-ci. Je voudrais un autre enfant, mais lui aimerait arrêter. Il a découvert ce "gros" détail après 6 mois d'essai, alors nous aimons mieux attendre pour prendre la bonne décision. Est-ce qu'il y a d'autre personne dans ma situation? Si oui, comment avez-vous vécu cette situation et comment avez-vous soit réussi à le convaincre ou à vivre avec la décision? Merci!
  2. Katie 7 août 2017 à 15 h 28 min
    Je ne crois pas qu'on ait le droit de convaincre quelqu'un d'avoir un bébé... Le désir doit être réciproque. Un bébé c'est pas juste une belle bedaine ; c'est un être humain qui vivra sûrement 100 ans!!! Vous le savez déjà de toute façon. J'ai aussi deux enfants et mon désir d'un dernier est très fort mais pour l'instant pas question d'y penser. Nos deux enfants sont extrêmement actifs et le papa vient d'avoir un diagnostic d'une maladie assez compliquée☹️ Donc je devrai peut-être faire mon deuil d'un 3e bébé mais c'est probablement plus sage pour nous. Si j'avais les moyens d'avoir une nounou et de l'aide pour le ménage et la bouffe ça serait différent! Chacun doit se respecter et il ne faut pas oublier les plus vieux dans la réflexion.
  3. mb 9 août 2017 à 08 h 40 min
    Je suis désolé pour la maladie de ton copain Katie et j'espère que tout va bien aller. Pour Emilie: c'est bien d'avoir un enfant et ce n'est pas l'affaire des autres si vous voulez rester une famille avec un enfant. Ne laisser pas les autres vous mettre de la pression. Parlez-en avec votre copain et clarifié ce que vous voulez tous les 2, c'est ce qui est le plus important. Soyez une famille heureuse et profitez de ce que la vie vous apporte! Pour ce qui est de convaincre mon chum, on s'entend pour dire que je voulais les points positifs pour pouvoir lui faire voir le bon côté des choses, mais je suis quelqu'un qui respecte les autres, alors je ne lui imposerais rien. Un enfant ça se décide et ça se fait à 2. Le plus difficile a été d'accepter qu'il change d'idée, car on s'est quand même essayé 6 mois de temps. C'est un deuil à faire sur le moment, mais je ne perds pas espoir. Nous avons déjà 2 enfants en santé, alors je me trouve chanceuse, car ce n'est pas tout le monde qui a ça!
  4. Marie 9 août 2017 à 23 h 27 min
    Peut être que ton conjoint vit une certaine incertitude face a lui même et ses capacités de pouvoir gérer une plus grande famille... demande lui directement et ouvertement pourquoi il a changé d'idée, je ne vois pas d'autres moyens de trouver.. explique lui de ton côté pourquoi tu ne veux pas trop attendre et que tu crains que vous ayiez des regrets plus tard sur ce changement de décision (si tel est le cas bien sur!) Bonne chance
  5. Emilie Cuffia 9 août 2017 à 06 h 41 min
    Nous avons eu la chance d'avoir une belle petite fille en bonne santé et la grossesse C'est bien passée. Pourtant, ne ne me sent pas à la hauteur d'en avoir un deuxième. Je vie sous les regards accusateurs des autres qui juge ma décision. C'est extrêmement difficile.
  6. Marie 9 août 2017 à 23 h 21 min
    C'est vrai que le fait d'en avoir un amène son lot de commentaires... pourtant il doit y avoir beaucoup de couples qui decident d'arrêter là et les raisons ne regardent que eux! J'étais déjà comblée avec mon garçon et suite a une grossesse surprise, pour moi l'avortement n'était pas une option et heureusement mon conjoint m'appuie dans cette decision... le plus dur cest justement le soupir de soulagement de ma mère qui avait don peut que je n'aie pas un 2e enfant... comme si c'était de ses oignons comme decision!! Elle répète co stamment que mon garçon sera plus ci et plus ça. .. alors que nous n'y croyons pas car cela peu aussi bien y avoir un impact inverse sur lui!! Bref si les gens se mêlaient de ce qui les regarde au moins on aurait pas à justifier une décision aussi personnelle...
  7. Emilie 10 août 2017 à 08 h 51 min
    Merci de votre commentaire. Ça me touche beaucoup! Je vais le garder en tête dans le futur. Encore merci!
  8. Josiee 10 août 2017 à 11 h 46 min
    Nous avons une fille de 2 ans et demi... On dirait que moi, mon intérieur, ça brûle le goût d'en avoir un deuxième... pourtant papa ne semble pas prêt, il dit non à toute la famille quand on le demande, il dit pas tout suite, etc. Mais il y a 2 mois et demi, j'ai enlevé mon stérilet d'urgence pour question de santé mentale et physique, et depuis il ne se protège pas, il me dit si ça arrive ça arrive, mais ne veut pas que ça arrive tout suite, mais fait en sorte que oui. Je me demande si je fais les bonnes choses. Je n'ai pas envie qu'il m'arrive un matin et que je lui annonce que je suis enceinte et qu'il me dise le regretter, qu'on aurait pas dû, je sais qu'il le garderait mais... pareille. Est-ce que vous croyez qu'au fond il veut, et qu'il a juste peur du jugement de la famille? Que feriez-vous, moi il est hors de question que je reprenne des hormones dans mon corps, j'ai assez de problèmes de santé comme ça! Est-ce que vous l'obligeriez à mettre un condom ou vous laisseriez les choses aller?
  9. Josiee 10 août 2017 à 11 h 46 min
    Nous avons une fille de 2 ans et demi... On dirait que moi, mon intérieur, ça brûle le goût d'en avoir un deuxième... pourtant papa ne semble pas prêt, il dit non à toute la famille quand on le demande, il dit pas tout suite, etc. Mais il y a 2 mois et demi, j'ai enlevé mon stérilet d'urgence pour question de santé mentale et physique, et depuis il ne se protège pas, il me dit si ça arrive ça arrive, mais ne veut pas que ça arrive tout suite, mais fait en sorte que oui. Je me demande si je fais les bonnes choses. Je n'ai pas envie qu'il m'arrive un matin et que je lui annonce que je suis enceinte et qu'il me dise le regretter, qu'on aurait pas dû, je sais qu'il le garderait mais... pareille. Est-ce que vous croyez qu'au fond il veut, et qu'il a juste peur du jugement de la famille? Que feriez-vous, moi il est hors de question que je reprenne des hormones dans mon corps, j'ai assez de problèmes de santé comme ça! Est-ce que vous l'obligeriez à mettre un condom ou vous laisseriez les choses aller?

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation