Se mettre en mode vacances malgré la pluie

Se mettre en mode vacances malgré la pluie
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
13 juillet 2017
Il pleut. Encore. Les enfants auraient bien besoin de dépenser leur énergie à l’extérieur. Arrivez-vous malgré tout à décrocher en famille?

Il pleut. Encore. Les enfants se chamaillent pour des riens. Ils auraient bien besoin de dépenser leur énergie à l’extérieur : courir, sauter, crier un peu.

Je regarde par la fenêtre et constate que la pluie perd en intensité.

- Mettez vos imperméables, on s’en va sauter dans les flaques d’eau.

Mon aînée me regarde de travers. Elle semble se dire : « Est-ce bien ma mère qui vient de parler? » Simone et Blanche, quant à elles, sont déjà dans l’entrée à enfiler leurs bottes de pluie. En les voyant, Léonard comprend ce qui se passe.

- Dehors? Dehors! (C’est un de ses mots préférés.)

Quinze minutes plus tard, nous faisons rire tous les automobilistes qui circulent sur notre rue et les enfants sont mouillés jusqu’à la taille.

On restera finalement plus d’une heure à l’extérieur, à s’amuser comme des fous. Je ne me souviens pas la dernière fois que j’ai vu TOUS mes enfants aussi heureux, EN MÊME TEMPS. Je n’ai pas pu m’empêcher de les prendre en photo et de les filmer, en train de sauter à pieds joints dans les flaques d’eau. Du pur bonheur!

Décrocher de la routine

Je vous avoue que j’ai beaucoup de difficulté à me mettre « en mode vacances ». J’ai un peu honte de l’admettre, mais j’hésite souvent à succomber à des idées simples et frivoles qui font pourtant tellement plaisir à mes enfants. Parce que je pense au lavage que ça va m’occasionner. Parce que changer la routine de mes amours provoque souvent des crises. Parce que ranger va être long et que les enfants vont se plaindre de la tâche, me faisant oublier tout le bonheur des minutes précédentes.

Les enfants ont plus de talent que moi en ce sens. Ce sont eux qui m’aident à décrocher un peu. Mais, 2 semaines après la fin des classes, Simone demande encore chaque matin quel jour nous sommes et ce qu’on serait en train de faire à pareille heure un jour d’école. Elle cherche ses repères habituels. Quant aux plus jeunes, ils ont cruellement besoin de leur routine, surtout pour les repas et les siestes. Les nombreuses festivités estivales occasionnent parfois des changements d’horaire et leur humeur s’en ressent beaucoup.

Avec un peu de chance, on sera tous en mode vacances un peu avant l’arrivée de septembre. ;-)

Et vous? Arrivez-vous facilement à décrocher en famille? Quels sont vos trucs pour y arriver? Ou au contraire qu’est-ce qui vous empêche de décrocher rapidement du travail ou de la routine?

 

Photo : Josée Bournival

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 petites filles et d’un bébé garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (6)

  1. Valérie 13 juillet 2017 à 23 h 08 min
    J'adore faire de petites folies avec les enfants, que ce soit pour passer en mode vacances ou pas! Les jeux d'eau tout habillé, une bataille de bas (propres): ça fait du bien de rigoler en famille. Pour se mettre en mode vacances, on prend une semaine de congé à la fin des classes pour profiter du beau temps (sauf cette année hein...). Le reste du temps, juste le fait de pouvoir aller jouer dehors après le souper au lieu de faire des devoirs, ça change assez la routine pour faire du bien sans briser les repères. Et que dire de la baignade pour remplacer le bain! Plaisir assuré:)
  2. Josée Bournival 15 juillet 2017 à 07 h 52 min
    Allo Valérie. Votre idée d'une bataille de bas m'a fait sourire. Moins salissant qu'une bataille alimentaire et moins dangereux qu'une bataille d'oreillers. ;-) Une belle idée qu'on essayera ici aussi. Merci de la suggestion. Josée XX
  3. Jess 14 juillet 2017 à 12 h 47 min
    Je ne me sens pas du tout en vacances:-( On a eu plein de rendez-vous médicaux (mineurs) depuis la fin des classes et ce, sans compter que le manque de soleil me pèse. On ne peut sauter dans un avion car les passeports ne sont pas à jour. Mais je compte prendre une semaine de vacances en famille en septembre ou octobre, quand tout le monde sera au boulot, pour une escapade en famille, histoire de faire un pied de nez à cet été minable... Mais je me rends compte que mes enfants sont si heureux juste d'être au parc ou aux jeux d'eau. Ah le bonheur facile des petits! Je suis un peu envieuse.
  4. Josée Bournival 15 juillet 2017 à 07 h 55 min
    Allo Jess. Je suis comme vous: je constate le bonheur facile de mes enfants et je l'envie, parfois. Difficile d'être légère et dans l'instant présent quand il faut prévoir les repas, planifier les rendez-vous de tous, etc. Mais les quelques instants où j'arrive à décrocher avec l'aide de mes enfants... ça vaut de l'or. Je vous en souhaite autant. Josée XX
  5. caroline 21 juillet 2017 à 08 h 27 min
    Coucou, (ma troisième a exactement le même manteau que votre deuxième!) Ceci dit, avec les années c'est avec beaucoup de lâcher prise pour tout même en sachant que ça me coûtera le double en temps. Quand je sens que sa part dans la mauvaise direction, il faut que je me parle intérieurement et souvent je laisse tout tomber et je vais avec les enfants et je décroche quelques instants pas toujours évidant . Comme le message précédant, ça vaut de l'or ! Il m,a fallu quelques semaines après la fin des classes pour décrocher de la routine et juste profiter mais parfois quand le soir vient..... j,en paie le prix mais mon conjoint ira dans la piscine tranquille avec les 4 petits mousses pendant que je serai tranquillement entrain de ranger et ça me va . Parfois je serai de la partie et rangerai plus tard mais ...... je sais que se sera un peu difficile :)
  6. P-rin 21 juillet 2017 à 09 h 02 min
    Bonjour a tous et à toutes, Merci Josée (et vous autres aussi) pour ce partage très enrichissant. Je suis nouvelle maman, mon bébé à 13 mois, du bonheur à l' état brut. Mais avec un déménagement au 1er juillet, sa 1ere otite qui s en est suivie, son intégration à la garderie, la fin des (merveilleux, sans ironie aucune) congés parentaux, le rythme est parfois trop trop trop speed. La fatigue s accumule et la mauvaise humeur s ensuit. Alors ralentir la cadence et s alignant sur celle du petit c est juste salvateur. Certes il a fait trop chaud l été dernier et nous souffrons celui ci des variations de températures et de la pluie, mais qu elle chance d habiter près de ces jeux d eaux, d avoir le choix entre plusieurs parcs remplis de divertissement pour bébé... Mon rêve : lire un bon roman. J ai acheté " les écureuils de central parc sont tristes le lundi." et je m etonne moi meme a avoir trouvé le temps de le commencer. J espere le finir avant la fin de l été, qui d ailleurs sera peut etre plus clémente. Après tout nous n en sommes pas encore à la moitié ☺. Au plaisir de vous lire et d en apprendre beaucoup de vos experiences