Manger devant un écran: pourquoi faut-il résister?

Manger devant un écran: pourquoi faut-il résister?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
8 mars 2017
Il y a une habitude à laquelle je résiste : laisser manger mes enfants devant un écran, parce que ça joue de très vilains tours.

Chez nous, il y a « seulement » une télévision, un ordinateur et un cellulaire. Ce sont nos écrans. On n’a pas de tablettes ni de Nintendo DS, même si mes enfants sont convaincus que toutes les familles de la Terre en ont, sauf nous.

Je limite le temps devant les écrans, mais je ne résiste pas toujours à la tentation de les asseoir devant une émission quand je veux un peu de calme dans la maison… (Je sais que je suis normale!) Il y a cependant une habitude à laquelle je résiste : les laisser manger devant un écran, parce que ça joue de très vilains tours.

Moins d’attention

Quel effet ont la télévision et les jeux électroniques sur votre enfant? Ils captent son attention. Mais quand il est en train de manger, ils ne font pas que capter son attention, ils la détournent. Les sons, les images, les personnages et les missions monopolisent ses sens. Ses papilles gustatives auraient beau lui chuchoter « comme c’est bon » et son ventre lui crier « c’est assez! », la communication est coupée. Le petit joueur-téléspectateur-mangeur est hypnotisé. Son assiette, sa bouche et son ventre ne reçoivent aucune attention. Résultat: il ne savoure pas les aliments, il mange machinalement, et il ingurgite plus qu’il en a besoin, fort probablement.

Pour apprendre à manger à sa faim, respecter ses besoins et ainsi grandir avec le poids qui lui convient, un enfant doit absolument être connecté à ses signaux. Et pour ça, il faut déconnecter tout ce qui se connecte à côté!

Moins d’interactions

Manger, ce n’est pas que remplir un creux. Manger, c’est partager un repas avec des gens qu’on aime et discuter avec eux, c’est transmettre des valeurs et des traditions, c’est apprécier les aliments. Manger devant un écran vient au contraire nuire à ces échanges et limite les interactions à table en famille. L’écran banalise aussi l’acte de manger puisqu’on ne porte plus attention à ce qu’on fait et à ce qu’on mange.

Bien sûr, à l’occasion, mes enfants et moi, on se fait tout de même un souper-cinéma. Ils m’aident à préparer le souper et on écoute une émission ou un film. On fait ça de temps en temps et c’est un spécial agréable. Mais dans 95 % du temps, il n’y a aucun écran. Mes enfants ne me les demandent plus, car ils connaissent la réponse. Comme ils la connaissent aussi lorsqu’ils osent encore me demander la tablette que nous sommes les seuls au monde à ne pas avoir.

 

Photo : GettyImages/michellegibson

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (7)

  1. Soso 12 mars 2017 à 22 h 31 min
    Pour notre famille, manger à la table sans aucune distraction va de soi. De toute façon, mes deux garçons meublent amplement le repas avec leur voix et ils sont volubiles aussi... Je refuse même de répondre au téléphone, car le répondeur peut le faire, non?! Seul mon mari est malheureux, je crois. Il a toujours mangé devant la télé, petit. Moi aussi, d'ailleurs! Mais je me suis promise que MA famille serait différente. Que de dîners à la maison, alors que j'étais au primaire et que je revenais chez-moi, passés à visionner ces stupides Pierreàfeu!!! Que de soupers à regarder, à 18h tapant, la Guerre des clans! Et nous, dans tout cela? Que de peines, de joies, de dilemmes avons-nous tassés de nos esprits pour manger goulûment sans regarder même notre assiette. Aujourd'hui maman, je comprends que ma mère voulait nous faire plaisir, et aussi sûrement avoir la paix. Mais je suis fière de voir mes enfants discuter de tout et de rien à la table, de parler de nos vacances passées et celles à venir, de nos souvenirs et projets... Même mon petit de 2 ans et demi prend sa place et c'est super! Que de beaux moments (et d'autres plus difficiles!!!) on passe ensemble à la table, à manger avec plaisir (pas toujours, tout de même, légumes oblige..!) et à discuter de nos prochains repas. Je ne pourrais concevoir des soupers avec écran, nos cellulaires sont bien rangés de toute façon et l'ordinateur, loin dans le bureau. Parfois j'ose mettre un peu de musique classique, quand je suis seule avec mon plus jeune, juste pour le plaisir. Et mon mari est heureux le soir, il grignote devant la télé une fois les enfants couchés. Il le mérite bien!
  2. Stéphanie Côté 14 mars 2017 à 15 h 35 min
    Beau témoignage Soso, merci! Je vous souhaite des repas en famille tous plus agréables les uns que les autres.
  3. jessy 30 mars 2017 à 16 h 28 min
    Je suis du même avis... malheureusement je n'est pas su résister, j'ai un enfant colérique. Il n'a même pas deux ans mais pique des crises de colère au 2 secondes ... c'est tellement dur! On a essayer a plusieurs reprise d'enlever la télévision pendant l'heure du souper mais on a beau être patient quand on passe plus de deux semaines a manger en suportant les pleurs et les crises on finit par renoncer. Il est malheureusement plus endurant que nous, on a beau dire non, il n'a aucunement l'intention de nous laisser gagner et sa peut importe le temps qu'on y met ... comme le 5 / 10 / 15 ... sa fait 1 mois qu'ils pleure toute les nuits et on n'arrive pas a dormir plus que 3h par nuit ... ahhh lala j'ai hâte qu'il grandisse
  4. Stéphanie Côté 3 avril 2017 à 08 h 48 min
    Bon courage!
  5. Anne-Marie 7 avril 2017 à 08 h 53 min
    Bonjour Jessy, Je ne sais pas si votre garçons s'est toujours mis facilement en colère même lorsqu'il était bébé, mais avez-vous envisager la possibilité qu'il soit intolérant à certains aliments? Mon premier garçons se mettait à pleurer sans être consolable pendant des heures lorsqu'il était bébé. Cela arrivait surtout la nuit. Lorsque que j'ai arrêté de lui donner des protéines bovines, les crises se sont espacées pour complètement disparaître au bout de 2 semaines. Il a maintenant 3 ans et demi, il se met parfois en colère comme tout enfant, mais rien d'aussi intense que lorsqu'il était bébé. Bon courage à vous et n'abandonner pas, j'imagine à quel point c'est difficile pour vous, mais il y a certainement une solution.
  6. juju 1 avril 2017 à 14 h 40 min
    Bien intéressant et convaincant. Je me demande si c'est la même chose pour nous les adultes.
  7. Stéphanie Côté 3 avril 2017 à 08 h 48 min
    Bonjour Juju, oui c'est la même chose pour les adultes. Donc pour les mêmes raisons, le moins de télé possible en mangeant!