Lettre de Laura à Josée di Stasio

Lettre de Laura à Josée di Stasio
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
3 décembre 2013

Bonjour Madame Josée,

Je m’appelle Laura et je vous écris pour vous parler de ma mère. Ma mère est nutritionniste. Son travail, c’est d’écrire et de parler d’alimentation, et aussi de goûter plein d’aliments. Avec ses amis du travail, elle parle souvent de nourriture et de cuisine. Je pense que c’est ce que veut dire « être passionné ». Elle nous en parle beaucoup à nous aussi. Nous, c’est mon petit frère et moi. On est contents qu’elle aime ça parce que c’est bon ce qu’on mange.

Ma mère dit que pour une maman ou un papa, c’est un défi de planifier et de  préparer de bons repas pour leurs enfants tous les jours. Maman aime les défis. Ça l’air que ce n’est pas assez de penser aux soupers et aux lunchs. Elle voulait un plus gros défi. À moins qu’elle voulait juste que ce soit plus amusant? Je crois que c’est pour ça qu’elle a répondu « j’embarque » à son amie Julie qui lui a dit « es-tu game ? » de cuisiner toutes les recettes de votre livre qui s’appelle Pasta Etcetera.

Le défi a commencé quand c’était l’hiver. Je m’en souviens parce que c’était la fête de maman. Elle avait choisi une salade d’oranges et d’olives, et je trouvais ça drôle. C’était la première fois qu’elle voulait qu’on donne une note sur 10 à ce qu’on mangeait. J’ai dit infini+univers sur infini+univers pour lui faire plaisir. Mais, c’était bon pour vrai. J’adore les olives.

Cet été, maman a un peu oublié son défi. Elle a surtout oublié que le temps passe vite. Elle s’en est souvenue l’autre jour. Pour ne plus l’oublier, votre livre est toujours sur le comptoir. Ou à côté de son lit. Dedans, il y a plein de petits papiers mauves qui collent. Sur chaque papier, elle écrit la date et les personnes avec qui elle mange chaque recette.

Depuis que le temps passe trop vite, maman a besoin de mon aide. Je mets mon tablier et mon chapeau de chef, qui s’appelle une toque, pour cuisiner avec elle. Mon petit frère Benjamin aussi parce qu’il veut souvent faire comme moi. C’est un petit peu fatigant, mais maman dit que je l’inspire et c’est une qualité.

Je lis la recette pour maman parce que je suis en 2e année. J’écris aussi sur les petits papiers mauves. Benjamin est trop petit, mais il fait autre chose. Il brasse, il verse des ingrédients, il coupe quand ce n’est pas dangereux et il dit si la recette est comme la photo dans votre livre. Ah oui, on prend aussi des photos, alors on fait de belles assiettes. On aime ça avoir de belles assiettes avec du basilic, du persil ou du parmesan dessus. Maman dit qu’on mange aussi avec les yeux. J’ai expliqué à Benjamin que c’est une expression.

Depuis que le temps passe trop vite, on mange souvent des pâtes. Pasta, pasta, pasta… Pasta Etcetera ! L’autre jour, pour pas qu’on se tanne, maman nous a demandé ce qu’on voulait manger d’autre. Benjamin a répondu du spaghetti et on a ri!

Le défi de maman est rendu notre défi à nous aussi. On choisit les recettes, on va à l’épicerie et on cuisine ensemble. L’autre jour, on est allé dans une épicerie italienne avec des fromages au plafond pour acheter des pâtes plus drôles. Il y en a des multicolores, des frisées, des carrées, des grosses, des minis, des « en formes bizarres ». Je n’en ai jamais vu autant. Il y avait aussi un monsieur qui nous a fait goûter à du prosciutto italien parce qu’il disait que c’était meilleur que du canadien.

Quand on cuisine italien, maman m’appelle La-ou-ra. C’est comme ça qu’on dit Laura en italien et je trouve ça beau.

Quand on est chef avec maman, on est content de manger. On n’aime pas toujours tout, mais ce n’est pas votre faute, c’est parce qu’on a des goûts d’enfants qui vont grandir.

Il nous reste à peu près 30 recettes à cocher avant le jour de l’An. « Cocher une recette », c’est rendu une expression pour dire qu’on va réussir. Comme des devoirs, sauf que c’est vraiment les devoirs les plus amusants que j’ai à faire!

Je voulais vous le dire parce que c’est une qualité d’être une inspiration.

Bye bye,

Laura

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (14)

  1. Nathalie 3 décembre 2013 à 09 h 38 min
    Toujours un plaisir de te lire... Quel sera ton défi culinaire pour toi et ta famille pour l’année 2014?
  2. Stéphanie Côté 3 décembre 2013 à 10 h 11 min
    Merci Nathalie. Je n'ai pas réfléchi au défi 2014. En fait, c'est plus souvent une question de coup de tête que de réflexion! Et je suis ouverte aux idées!
  3. Desdemoustier 3 décembre 2013 à 16 h 30 min
    Un plaisir à lire <3 , tout les parents devraient prendre exemple :D la cuisine est une tradition familiale qu'il faut transmettre au enfants.

    Catherine
  4. Isabelle Dupuis 3 décembre 2013 à 18 h 29 min
    Chère Laura!

    Bravo pour ton beau texte et si je peux me permettre, ta maman semble être non seulement une professionnelle impliquée ( qui fait ce qu'elle prône! ), une bonne cuisinière mais aussi une fine psychologue car elle sait bien vous transmettre le plaisir de cuisiner et donc de bien manger ! Chapeau Stéphanie! Bon boulot!
  5. Andréane T. 3 décembre 2013 à 19 h 42 min
    Nous notre défi 2013 a été d'essayer d'introduire des légumineuses dans le plus de recettes traditionnelles possibles. Une idée comme ça...
  6. Stéphanie Côté 4 décembre 2013 à 14 h 58 min
    Merci Andréane pour votre idée de défi. C'est une mission intéressante que vous vous donnez en tout cas!
  7. Françoise 3 décembre 2013 à 21 h 43 min
    Très bon texte. Est-ce que votre amie Julie a aussi persévéré?
  8. Stéphanie Côté 4 décembre 2013 à 14 h 55 min
    Merci!
    Oui, mon amie Julie poursuit le défi, tout comme Amélie et Émilie, deux autres amies qui ont aussi répondu "j'embarque!". Je vous invite à lire le blogue de Julie si la suite de l'aventure vous intéresse: http://www.julieaube.com/le-defi-josee/
  9. Soso 3 décembre 2013 à 22 h 18 min
    Inspirant! Je cuisine un peu avec mon fils de 3 ans et demi, mais seulement quand j'ai beaucoup de temps et de... patience. Car il est tellement surexcité et content qu'il brûle les étapes, veut tout faire en même temps et fait beaucoup de dégâts. Mais c'est ainsi qu'on apprend! Par contre, j'adoooore l'emmener dans les épiceries et lui montrer les aliments.

    Courage pour les dernières recettes!
  10. Stéphanie Côté 4 décembre 2013 à 14 h 56 min
    Que de plaisir, n'est-ce pas?! Je vous en souhaite encore et encore.
    Merci pour vos encouragements. Le compte à rebours est commencé et tout est sous contrôle!
  11. Evelyne 4 décembre 2013 à 02 h 52 min
    Trop adorable la lettre de Laura. Transmettre le plaisir de cuisiner et de manger à ses enfants est une chose importante. Bravo! et bonne suite de projet
  12. Stéphanie Côté 4 décembre 2013 à 14 h 59 min
    Merci pour vos commentaires qui me font très plaisir. Je les partage avec Laura.
  13. Rebecca 6 décembre 2013 à 21 h 36 min
    Ma cocotte a commencé à cuisiner avec moi dès qu'elle a apprit à se tenir seule sur un tabouret! Elle a maintenant 2 ans et un fin palais ( ainsi qu'un bon nez!). Elle aime bien le fois de poulet sauté au beurre et fines herbes, les pâtes, les soupes phô maison, le tofu mais pas tjrs, le quinoa, l'agneau, les fromages, les olives et j'en passe! Elle goûte à tous et me donne un: C'est bonnn! Ou Beurk, pas bon. J'espère lui inculquer mon amour de la cuisine et en faire une foodies plus tard! Par contre...les carottes n'ont jamais passée sauf camouflées...
    Cuisiner avec nos enfants= bcp de patience et de dégâts mais aussi une très belle façon de créer des liens!
    Bon....maintenant que je me trouve moi aussi un défi pour 2014!
  14. Stéphanie Côté 11 décembre 2013 à 13 h 37 min
    Une patience qui rapporte beaucoup, en effet!