Gastro et produits laitiers: des histoires de grands-mères!

Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
5 mars 2010

Voici la brève conversation que j’ai eue au téléphone avec ma soeur récemment :

— « Salut. C’est Steph. Est-ce que je te dérange? »
— « Je peux te rappeler plus tard ? Je ramasse du vomi. »

J’HAÏS la gastro!

Avant les Fêtes, la menace officielle en santé était la grippe A H1N1. Ma
hantise à moi, c’était la gastro.
J’avais d’ailleurs pensé écrire sur le sujet dans le temps
des Fêtes, car « gastroentérite » et « Noël » ont été
associés dans mon esprit l’année passée. Deux crises de gastroentérite coup
sur coup, je peux vous dire qu’on s’en souvient!

Par chance, ce microbe nous a épargnés cet hiver. Mais vous savez comment
c’est, il suffit d’en parler pour que ça nous tombe dessus. Je tente tout de
même ma chance avec ce billet… et je touche du bois. 

Le temps a passé et je croyais que le thème n’était plus d’actualité. Je me
trompais, puisque la semaine dernière, on parlait d’épidémie de gastroentérite
dans plusieurs établissements de santé à Montréal. Je n’ose pas imaginer le
portrait…

C’est une bonne chose d’avoir attendu parce que, depuis, j’ai appris une chose.
J’ai appris qu’on peut donner du lait à un enfant à peine quelques heures après
l’arrêt des vomissements. C’est un mythe alimentaire de
croire qu’il faut attendre un peu à cause de l’enzyme lactase qui est touché
en cas de gastro. En fait, ce peut être vrai pour certains enfants, mais
ce n’est pas une généralité.

Bref, l’enfant peut recommencer à boire du lait (ou une préparation pour
nourrissons) et manger des produits laitiers lorsqu’il a cessé de vomir depuis
4 à 6 heures et qu’il n’est pas déshydraté. C’est aussi le temps de reprendre
son alimentation habituelle. Il ne faut pas attendre plus de 12 heures, car les
aliments contribuent à protéger et à reconstruire la muqueuse intestinale
endommagée durant l’infection. Si vous allaitez, n’arrêtez pas. Offrez au
besoin des tétées plus courtes, mais plus fréquentes à bébé. 

Par la suite, il n’y a pas de consensus sur l’ordre d’introduction des aliments après une crise de gastroentérite. Règle générale, il semble que les aliments riches en amidon (banane, pain, riz, pomme de terre, etc.) soient bien tolérés, au contraire des aliments gras. C’est l’étape des demandes spéciales des enfants auxquelles on acquiesce facilement. Pour favoriser leur rétablissement, bien sûr! On leur donne ce qu’ils ont envie
de manger, en petites quantités à la fois. Ils peuvent manger à toute heure et parfois
même dans le salon ou dans leur lit…

Autant pour des raisons nutritionnelles que de gros bons sens, ce régime en
est évidemment un de transition. Malheureusement pour eux, il y a des privilèges
dont on profite seulement quand on est malade! Mais existe-t-il vraiment un
privilège qui puisse racheter une interminable journée de gastro?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque semaine!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. Karina Constant 13 mars 2010 à 21 h 07 min
    Bonjour! Je suis très heureuse d'apprendre que c'est un mythe. Même mon éducatrice en milieu familial croit que donner du lait de soya aux enfants à titre préventif et délaisser le lait avant la maladie est vrai. Je vais donc redonner du lait à mon tout petit de 20 mois, et avoir l'esprit en paix. À l'heure actuelle, moins de 48 heures après les derniers symptômes, il déborde d'énergie! J'espère simplement qu'il en sera de même pour moi!))

    Bonne journée!
  2. Julianne 8 mars 2010 à 19 h 10 min
    Eh bien ça alors! Je viens d'apprendre quelque chose, moi! J'espère que ça ne me servira pas trop souvent, par contre...